O15695
George Bernard Shaw : "Les pensées"



O15695 George Bernard Shaw : "Les pensees"

"Les pensées"

George Bernard Shaw

Le Cherche Midi

1992



Lorsque Dieu a créé l'homme et la femme, il a bêtement oublié d'en déposer le brevet si bien que maintenant le premier imbécile venu peut en faire autant.



Toutes les grandes vérités commencent par des blasphèmes.



Je dois vivre pour les autres et non pour moi ; voilà bien de la moralité petite-bourgeoise.



Il ne fait jamais quoi que ce soit de bon sans en donner une mauvaise raison.



La conversion d'un sauvage à la chrétienté est la conversion de la chrétienté à la sauvagerie.



Les gens communs ne prient pas, ils mendient.



Le sauvage se prosterne devant des idoles de bois et de pierre, l'homme devant des idoles de chair et de sang.



Attention à l'homme dont le dieu est au ciel.



La modestie n'est pas une vertu, mais seulement de la prudence.



Quand un imbécile fait une action dont il a honte, il prétend toujours que c'est son devoir.



Le sacrifice de soi nous permet de sacrifier les autres sans rougir.



Ce qui flatte réellement quelqu'un, c'est que vous pensiez qu'il soit utile de le flatter.



Le silence est l'expression la plus parfaite du mépris.



Et maintenant que je vous ai donné tous ces conseils, voici le plus important : ne demandez jamais conseil à quelqu'un.



Il y a deux tragédies dans la vie. L'une est de ne plus désirer un cœur, l'autre de le gagner.



La fidélité n'est pas plus naturelle à l'homme que la cage ne l'est au tigre.



Je ne vois pas bien pourquoi les hommes qui croient aux électrons se considèrent comme moins crédules que ceux qui croient aux anges.



Celui qui peut agit. Celui qui ne peut pas enseigne.



Le pire avorteur est celui qui tente de former le caractère d'un enfant.



A un journaliste :

Comme d'habitude, monsieur, votre profession vous a détruit le cerveau.



Un homme cultivé est un oisif qui tue le temps en étudiant.



Si plus de dix pour cent de la population aime une peinture, celle-ci devrait être brûlée car elle est certainement mauvaise.



J'ai défini l'Américain cent pour cent comme un imbécile à quatre-vingt-dix-neuf pour cent.



L'art de gouverner est l'organisation de l'idolâtrie.



C'est un barbare et il pense que les coutumes de sa tribu et de son île sont les lois de la nature.



Patriotisme : la conviction que votre pays est supérieur à tous les autres pays pour la bonne raison que vous y êtes né.



L'assassinat est la forme extrême de la censure.



La vulgarité chez un roi flatte la majorité de la nation.



La règle d'or est qu'il n'y a pas de règle d'or.



Après tout, les modes ne sont que des épidémies provoquées.



Un pessimiste est un homme qui pense que tous les autres sont aussi mauvais que lui et les hait pour cette raison précise.



Quand un homme souhaite tuer un tigre, il parle de sport ; quand un tigre désire le tuer, il parle de férocité.



Je ne suis pas assez jeune pour tout savoir.



Les vieillards sont dangereux ; ils se moquent bien de ce qui peut arriver après eux.



Le secret du succès est d'offenser le plus grand nombre possible de gens.



La vie est trop courte pour être prise au sérieux.



Qu'est-ce que la vie sinon une succession de folies inspirées.

Retour à la page d'accueil : ici