O15670
Rodolphe Jacquette : "Tusitala, la vie aventureuse de Robert-Louis Stevenson"



O15670 Rodolphe Jacquette : "Tusitala, la vie aventureuse de Robert-Louis Stevenson"

"Tusitala, la vie aventureuse de Robert-Louis Stevenson"

Rodolphe Jacquette

Seghers

1980



1850

Naissance



1867

Université d’Edimbourg.



1894

Mort.



L’ILE AU TRESOR



LA FLECHE NOIRE



LES AVENTURES DE DAVID BALFOUR



DOCTEUR JEKYLL ET MISTER HIDE



LE MAITRE DE BALLANTRAE



SUICIDE CLUB



MARKEIM



LE VOLEUR DE CADAVRES



JANET LA TORVE



Edimbourg

1855



Condamné par les médecins



Propension à la toux



Il se prépare à une carrière d’ingénieur



Ecrivain ! Ecrivain ! Ecrivain !



Je veux être avocat.



Amoureux de Kate

Il entre chez elle.

Elle travaille dans une maison close.

Peu d’empressement envers la clientèle.

La matrone est furieuse.

Elle chante.

S’assoit sur les genoux des consommateurs.

Ils palpent ses formes rondes.

Quand on l’applaudit, il est fier.

Jalousie.

Qu’elle quitte cela.

Il lui propose de l’épouser.



Son père

Epouser une prostituée ?

Mais tu deviens fou, ma parole !



Il est avocat.



France

On lui présente Fanny Osbourne

Une belle américaine

Elle a perdu un enfant.

Son mari, Samuel, secrétaire du gouverneur de l’Indiana.

Il est un instable total.

Un égoïste fini.

Elle le quitte.

S’établit à Paris.

Admiration pour le cousin Bob.

Puis, amour pour Louis, qui est amoureux d’elle.

Le Cluny.

La Source.

Le Louvre.

Ils se marient.



Il émigre.



L’île Paradis.



Les mers du sud.



1894

Dormir au soleil.

Les îles Samoa.

On l’appelle Tusitala : Le conteur.



Admiration de Henri James.

De Marcel Schwob.



Fanny l’arrache à la mort.

Elle le veille, le soigne, le guérit.

Elle le pousse à travailler.

Elle l’encourage à s’imposer comme écrivain.

Il lui doit tout :

Santé, célébrité, confiance en lui-même.

Mais la personnalité exceptionnellement forte de sa femme l’écrase.

Devant son énergie, sa volonté de fer, il ploie et capitule.

Elle l’arrache aux amitiés qu’elle juge inopportunes.

Elle lui fait brûler certains manuscrits.

Elle réduit ses passions politiques.

Elle tempère sa fougue, modère ses ardeurs.



N’est-ce pas là bien cher payer son bonheur que d’avoir dû auprès d’elle limiter une bonne part de sa liberté et de sa fantaisie,

Sacrifier une partie de son œuvre, de ses goûts et de ses amitiés ?

Une énergie du diable.

Elle peut tout faire.

Des scènes de ménage.

Comme amie, toute à vous ; comme ennemie, une furie.

Pas d’indifférence à son égard.

Les indigènes la croient ensorcelée, et pensent que les démons la servent.

Elle a des rêves, des visions.



Il se croit envoûté.

Toujours amoureux d’elle, il est parfaitement conscient de son impuissance quant à se secouer de cette entreprise tyrannique.

A Samoa, son pouvoir s’est encore étendu.



Il lit à Fanny les dernières pages de Weir of Hermiston.

Boit un verre de Bourgogne.

Il porte la main à son front, et bredouille :

Mais qu’ai-je donc ? N’ai-je pas l’air bizarre ?

L’instant d’après, foudroyé, il s’écroule par terre.



Hémorragie cérébrale.

Il ne reprend pas connaissance.



Une foule immense arrive.



Sur les flancs du sarcophage de pierre, un simple nom :



Tusitala.



Et quelques vers :

Sous le ciel vaste et plein d’étoiles,
Creusez ma tombe et laissez-moi dormir.

Retour à la page d'accueil : ici