O15613
Christian Saves : "Pathologie de la démocratie"



O15613 Christian Saves : "Pathologie de la democratie"

"Pathologie de la démocratie, perversion d’une idée"

Christian Saves

Imago

1994



Julien Freund

L’essence du politique

Il semble qu’il y ait une vérité du politique indépendante des croyances, des dispositions personnelles, des agents politiques, des systèmes économiques, des doctrines sociales et religieuses et des références morale.



Giovanni Sartori

Théorie de la démocratie

Nous avons besoin du nom DEMOCRATIE.

Il ne donne aucune information sur le monde réel.

Mais il nous aide à conserver l’idéal de ce que la démocratie devrait être.

Le terme démocratie n’a pas seulement une fonction descriptive, mais aussi une fonction normative et persuasive.



La démocratie

Prétention à l’universalité.



ETAT ET DEMOCRATIE :

GENEALOGIE D’UNE EQUIVOQUE



Exercice de la démocratie

Il postule que le peuple soit à même d’exercer directement le pouvoir.

Des institutions politiques qui puissent discipliner l’attitude des gouvernants.



La leçon des Anciens

Le terme démocratie apparaît pour la première fois chez Hérodote.



La séparation des pouvoirs : Un mythe euphorisant



Le parlementarisme



Le compromis démo-libéral, schizophrénie idéologique



Georg Simmel

Le compromis est une des grandes découvertes de l’humanité.



L'Etat-providence ou l’idéal démocratique avorté



La pseudo-rationalité administrative ou l’éviction de la citoyenneté



Les partis en vase clos



Thomas Paine

Séparation à faire entre politique et société.



La classe politique en mal de légitimité



L’idéologie, vecteur de mystification collective



Où est l’esprit civique ?



ETHIQUE ET DEMOCRATIE

L’ILLUSION DE LA NECESSITE



Nietzsche

Généalogie de la morale

Nécessité d’une critique des valeurs morales.

Car elles représentent le danger par excellence.

Devant inciter l’esprit aux aguets.



Le syndrome radical ou la tentation d’une morale à soi



La trahison des clercs



Julien Benda

Le clerc est celui qui met la critique raisonnée du présent au cœur de son discours.

Pourtant, il parle au nom des valeurs universelles enfouies dans les contingences du présent.

C’est cette fonction universalisante qui fait le clerc.

Il est compétent sur tout ce qui concerne l’homme et son environnement.



Kant

Le rôle de l’intellectuel est, en s’intéressant à son époque, de faire de l’intemporel à partir du matériau fourni par le réel.



Hegel

Il faut être de son temps.

La lecture du journal est "la prière de l’homme moderne".



Mythe fondateur de l’intellectuel moderne

Le "J’accuse !" de Zola.

L’intellectuel entend s’ériger en avocat, en censeur et même en juge de ses contemporains.



La corruption ou la démocratie réduite au syllogisme de l’amertume

Le fléau le plus universellement partagé des systèmes politiques.

Aristote le dénonce.



Dans un système non démocratique, la corruption ne choque pas.

Elle est normale.



Montesquieu évoque la possibilité de la corruption d’un régime démocratique.



Cioran

Précis de décomposition

Les désastres des périodes corrompues ont moins de gravité que les fléaux causés par les périodes ardentes.

La fange est plus agréable que le sang.

Il y a plus de douceur dans le vice que dans la vertu.

Plus d’humanité dans la dépravation que dans le rigorisme.

C’est aux périodes dissolues que revient le mérite de mettre à nu l’essence de la vie, de nous révéler que tout n’est que farce o amertume.

Qu’aucun événement ne vaut d’être enjolivé.

Il est nécessairement exécrable.



Le droit otage du politique ou le piège de l’instrumentalité



CONCLUSION

HUMAIN, TROP HUMAIN : LA POLITIQUE



Platon

Le Criton

Socrate

Il ne faut pas, mon excellent Criton, nous mettre si fort en peine de ce que la multitude dira de nous.

Mais bien de ce que l’homme compétent sur le juste et l’injuste, notre seul juge, et la vérité même pourront en dire.

Ne pas nous inquiéter de l’opinion de la foule sur le juste, le beau, le bien et leurs contraires.

On pourra nous dire, il est vrai, que la foule est capable de nous faire périr.



Le remède à l’imperfection persistante de la démocratie est dans l’homme et dans la capacité qu’il développe à repenser son environnement, ses rapports au politique.



Jean Bodin

Il n’est de richesse que d’hommes.

Retour à la page d'accueil : ici