O15601
Claire Pascal-Brocard : "Joseph Delteil, l’amour, la femme, Dieu"



O15601 Claire Pascal-Brocard : "Joseph Delteil, l’amour, la femme, Dieu"

"Joseph Delteil, l’amour, la femme, Dieu"

Claire Pascal-Brocard

C. Lacour

Nîmes

1993



Entretiens avec Joseph Delteil



Ecriture fécondée par ses cinq sens, bien ouverts au monde.



Un vrai croyant.



Requiem pour un Grand créateur



Joseph Delteil

Les hommes appellent instincts les mauvais instincts.

Tandis que je donne à ce mot son sens naturel, fondamental, la force de la création, le mouvement de la vie.

C’est tout mon langage qui a son sens naturel, terrestre, soleilleux et divin.



La femme-cœur représente l’âme dont elle est porteuse

Elle est porteuse du sacré.



Le sexe ne gouverne plus

L’âme est la clef du corps.

L’amour est un acte éternel ineffaçable dans les siècles des siècles.

Un rassasiement de l’âme.



Aventures amoureuses avec Caroline Dudley, riche américaine, qui lança Joséphine Baker et Sydney Bechet.

Mariage.



Il aime scandaliser.



Faire la bête, faire le fou, faire le mort :

La suprême sagesse.



Je suis enfant, je ne suis jamais entré chez les hommes.



Mes livres ne sont pas de moi, j’ai lu ça dans les astres, voyons.



Je suis le seul écrivain analphabète.


L’idéal, c’est de voir le monde entier entre les oreilles de son cheval.



J’aime, voilà tout mon secret.



Il se déclare chevalier sur le fleuve amour.



Variantes

La femme-sexe.

La femme-amour.



Il est un jouisseur.



Pour lui, le péché en amour n’existe pas, ni même la notion de péché.



L’homme est créé et mis au monde pour être heureux.



Jouir est le verbe de l’âme.



Je sens donc je suis.



La pensée comme la sève fait corps avec le corps.


J’ai deux pays : le ventre et l’esprit.



L’érotisme est un art, innocent comme Eve et tout illustré d’esprit.



La peau d’une femme est une Amérique.



Pour moi, toute la femme est dans la cuisse.



Toute la vie s’élucide par l’enfance.



L’enfant, c’est de l’humain à l’état pur.



Ecrire, c’est faire l’enfant.



Mon innocence, voilà) ma boussole.



Dieu n’est pas plus incroyable que l’homme, la libellule ou une feuille d’arbre.



Au fond, l’homme aspire à l’absolu, l’amour, l’art n’en sont que les échelons.



Amour du paradoxe.



Naturellement, on ne fait l’amour qu’avec Dieu.

L’autre n’est que la cinquième roue de la charrette.



Moi, c’est à poil que j’y veux entrer au ciel.

Enormément sexueux.

Entier, quoi.



Dieu est naturellement, simplement affirmé par le monde, le miracle de la vie, de la moindre graine, les grands arbres, dans une sorte de mystique sensuelle.



La myopie n’est pas une raison contre Dieu.



Qui voit le chêne dans le gland voit Dieu dans le chêne.



Dieu répond à notre âme comme le paysage à notre œil.



La foi est la seule réalisation.

Retour à la page d'accueil : ici