O15581
Edmond Rostand : "L’Aiglon"



O15581 Edmond Rostand : "L’Aiglon"

"L’Aiglon"

Edmond Rostand

Hachette

1939



Grand Dieu ! ce n’est pas une cause
Que j’attaque ou que je défends
Et ceci n’est pas autre chose
Que l’histoire d’un pauvre enfant.



Metternich

Je n’admets pas, moi qui vous parle,
Que son père ait jamais régné !



Metternich

Le phénix peut renaître.
Mais pas l’aigle.



Le duc

Pourquoi n’a-t-on pas mis : né de père inconnu ?



Marie-Louise



Les rois dont vous avez du sang par votre mère.



Le duc



Je n’ai pas besoin de leur sang ! Pourquoi faire ?



J’ai dans les miennes
Celui d’un lieutenant qui de Corse venait.



A ce jeune sang, le vieux ne peut que nuire.
Si j’ai du sang des rois, il faut qu’on me le tire !



Le duc, à Marie-Louise



Oubliez !



Vous oubliez si vite !



Le duc

Je suis son fils.

Rien que son fils.



Le duc, à Marie-Louise



Ne vous occupez de rien.



Pas même d’être fidèle.



Je le serai pour deux.



Il apprend, avec une jeune fille, l’histoire des conquêtes de son père.



Le duc



Je ne suis pas un prisonnier mais…



Flambeau



Et nous, les petits, les obscurs, les sans-grade,



Marie-Louise



Mon pied nu dépassait



Je souris et je dis : "Vous regardez mon pied" ?



La beauté de mon pied gardait son importance !



Le duc à Marie-Louise



Vous n’êtes belle, vous n’êtes blonde,
Que parce qu’autrefois il a conquis le monde !



Le duc



S’ils ne pouvaient, entre eux, dire du mal de l’aigle,



Que diraient le cloporte et le caméléon ?



Le général Hartmann



L’Empereur,
Avant qu’on ne rendit l’enfant à sa nourrice,
Le prit entre les bras de…



Le duc



De l’Impératrice !



(Mot qui pardonne et qui la recouronne.)



Elle éclate en sanglots.

Retour à la page d'accueil : ici