O15546
Pierre Cabanne : "Monsieur Degas"



O15546 Pierre Cabanne : "Monsieur Degas"

"Monsieur Degas"

Pierre Cabanne

JC Lattès

1989



Célibataire.

Les autres peintres ont des maîtresses.

Lui, seulement la peinture.



Bougon.

Dur avec autrui.

Mais timide.

Il foudroie les interlocuteurs de traits cruels.

Désarçonne.

Ridiculise.

Se plaignant de la médiocrité de son existence.

De sa mauvaise vue.



Sensibilité d’écorché.



L’art pour le peuple, quelle tristesse !

Le beau est un mystère.



Jules de Goncourt

Un maladif.

Un névrosé.

Un esprit trop inquiet.



Il aime le petit peuple.



A Caillebotte, bourgeois, parlant de Renoir et de Monet

Vous recevez ces gens chez vous ?



Il qualifie sa vie de médiocre.

Tristesses.

Dégoûts.

Désespoirs.



Un critique

Le type de l’horreur et de la bestialité.



Veut-il dégrader les femmes ?


Voir est une souffrance et une fête.



D’autres ont le bonheur d’être guidés par leurs passions.

Des passions, je n’en ai pas...


La peinture n’est pas faite pour être vue.



Des femmes qui se frottent, qui s’épongent, qui s’essuient.



Antisémite

L’ordre, et c’est tout.

L’armée, innocente, lors de l’affaire Dreyfus.

Il se brouille avec ses amis, les Halévy, ses amis d'enfance ; avec Pissaro.

Il ne les revoit pas, avant leur mort.

Il déteste les intellectuels.

Il chasse une modèle : Tu es protestante, et les protestants sont tous pour les juifs. Fous-moi le camp.

La terrible race.



Eternel plaintif.



Sa collection personnelle va dans les musées.


Il se voulait illustre mais inconnu.

Il a réussi.

Retour à la page d'accueil : ici