O15543
Jean Markale : "La grande déesse, mythes et sanctuaires"



O15543 Jean Markale : "La grande deesse, mythes et sanctuaires"

"La grande déesse, mythes et sanctuaires"

Jean Markale

Albin Michel

1997



Saint Epiphane

Le corps de Marie est saint, mais Marie n'est pas divine.



La maison de Marie habitée en compagnie de l'apôtre Jean.



Saint Ambroise

Marie est le temple de Dieu, mais non le Dieu du temple.



Saint Jean Chrysostome

Marie était vaniteuse comme toutes les femmes.



Jean est muet sur la conception et la naissance de Jésus.

Peu de considération de Jésus pour sa mère.



Luc est un disciple de Paul

Paul n'a pas connu physiquement Jésus.

Il est le véritable créateur de l'Eglise chrétienne.

Il est médecin.

Il est hellénisé, vraisemblablement grec.



Ni Marc ni Jean ne disent quoi que ce soit au sujet de la conception virginale, de la naissance, de l'enfance, de l'adolescence de Jésus.



Jean

Le seul évangéliste témoin de la crucifixion.

Beaucoup de symboles, chez lui, sont de coloration nettement gnostique.



Sectes gnostiques

Elles se proposent d'établir un lien entre les traditions mystico-philosophiques et le message christique.

Syncrétisme.

Justification de la divinité féminine primordiale, celle que tout l'Orient révérait sous des noms très divers, notamment à Ephèse qui était, depuis la plus haute Antiquité, le sanctuaire le plus important de tous les cultes rendus à la déesse mère.

C'est à Ephèse que, selon la tradition chrétienne, Jean amena la mère de Jésus pour y résider avec elle.

Fait reconnu par l'Eglise.



Rabelais

Cinquième livre

Bacbuc, grande prêtresse du temple SOUTERRAIN de la Dive Bouteille

Qu'est devenu l'art d'évoquer des cieux la foudre et le feu céleste, jadis inventé par le sage Prométhée ?

Vous l'avez perdu.

Il s'est de votre hémisphère départi, ici sous terre il est en usage.



Mythe du Graal

Cristallise les divers courants de cette conception solaire de la divinité féminine.

Retour à la page d'accueil : ici