O15521
Dominique Venner : "De Gaulle, la grandeur et le néant"



O15521 Dominique Venner : "De Gaulle, la grandeur et le neant"

"De Gaulle, la grandeur et le néant"

Dominique Venner

Le Rocher

2004



TOUJOURS DES CITATIONS TRONQUEES



A 20 ans, j’ai honni le général de Gaulle au point de vouloir le tuer.



Il pratiqua toujours la dissimulation.



Le fil de l’épée

Egoïsme

Orgueil

Dureté

Ruse



Une liberté de ton sans égale



1947, à Dulles

Ne nous faisons pas d’illusion : la guerre est inévitable.



1949

La réélection de Truman nous achemine vers une catastrophe mondiale.



La médaille de la Résistance

J’ai toujours pensé qu’elle serait l’objet de tout un trafic.

Je ne me suis pas trompé.

De 20 000 à 60 000.



Churchill ?

Il donnait un véritable spectacle de cirque.

Un enfant, un véritable enfant…

Dès que Churchill a vu que j’étais réellement la France, il m’a combattu.



1947

Hitler est-il mort ?

Souhaitons qu’il ne le soit pas, qu’on ait encore une chance de rigoler un peu…



Ce pays est fini.

Je n’avais pas éprouvé la profondeur de notre pourrissement.

Cette pourriture, ils la recherchent.

Il n’y a que le faisandé qui les attire.



Mépris pour les Français



Un ambitieux de premier rang



Je n’aime pas la République



Une certaine idée de la France


J’ai recréé la France à partir de rien



Tentation fasciste


L’art militaire appliqué à la politique



Pétain, un modèle longtemps admiré



Dans la dépendance de l’Angleterre



Churchill lui dit

Vous n’avez pas de pire ennemi que vous-même.

Vous avez semé le désordre partout où vous êtes passé.

Je ne puis vous considérer comme un camarade et un ami.

Au lieu de faire la guerre à l’Allemagne, vous la faites à l’Angleterre.



C’est avec les Soviets que je rebâtirai la France



Les fondements personnels de l’épuration



L’indignation de Saint-Exupéry



Assimilation pétainistes et collaborateurs



L’épuration sauvage

Robert Aron : 40 000.



1950

A Pompidou :

J’ai bluffé.

J’ai sauvé la face, mais la France ne suivait pas.

Qu’ils crèvent !

Tout est perdu.

La France est finie.

J’aurai écrit la dernière page.



Ce qui ne figure pas dans les Mémoires



Supérieurement doué pour les luttes politiques


Il brisa ceux qui lui étaient les plus proches



LA GRANDEUR ET LE NEANT



On est déconcerté de voir à quel point se mêlent chez lui qualités et travers exceptionnels.

Fermeté impavide et morgue méprisante.

Hauteur de vue et mesquinerie rancunière.

Perspicacité et aveuglement.

Chez lui, l’amour-propre l’emporta le plus souvent sur toute autre considération.

Moralité sans reproche dans la vie privée, intègre, bon mari, bon père.

Il s’appuya souvent sur la canaille dans son action publique.

Il se considérait tellement supérieur que rien ne pouvait l’éclabousser.

Il se sentait au-dessus de la France.

Sans Massu, je serais parti en Irlande. Je me serais débarrassé du poids des Français auxquels je ne dois rien.

Après dix ans où il avait proposé aux Français la seule mystique du relâchement et de la médiocrité.



Sa démission

Claude Mauriac

Les choses vont pour la France de plus en plus mal.

De Gaulle

Eh ! tant mieux, ça leur fera du bien.

Retour à la page d'accueil : ici