O15514
Catherine Boschian-Campaner : "Barbey d’Aurevilly"



O15514 Catherine Boschian-Campaner : "Barbey d’Aurevilly"

"Barbey d’Aurevilly"

Catherine Boschian-Campaner

Lignes

1989



Dans toutes les coupes de la vie où il avait plongé ses lèvres, il avait bu une absinthe amère.



Dans cette farce de la vie, rire et railler est encore la plus sage sagesse.



Se passionner, c’est tenir à quelque chose, c’est se montrer inférieur.



Je n’écris jamais qu’inflammatoirement.

Les tissus s’enflamment pour rejeter les échardes qui nous sont entrées dans la chair.



Quelle dessinatrice et quelle coloriste que la vie !



Dans ce temps délicieux, quand on raconte une histoire vraie,

C’est à croire que le diable a dicté…



Savoir qu’on est une force console de bien des choses cruelles, amères, trompées, brisées, et qui sont la vie.

La conscience de soi vau mieux que la gloire.

C’est du plus pur et du meilleur orgueil.

Retour à la page d'accueil : ici