O15469
Voltaire : "Le fanatisme, ou Mahomet le Prophète"



O15469 Voltaire : "Le fanatisme, ou Mahomet le Prophete"

"Le fanatisme, ou Mahomet le Prophète"

Voltaire

L’Herne

2015



1736

Tragédie en cinq actes



La Mecque

Mahomet cherche à entrer dans la ville.

Le vieux cheikh Zopire le tient pour un imposteur et l’instigateur de massacres qui firent périr les siens.

Il se refuse à l’accueillir comme prophète de la religion vraie.



Mahomet cherche à obtenir la reddition du cheikh.

Il lui envoie son fidèle lieutenant Omar, et son esclave, Séide.

La négociation échoue.

Séide est gardé en otage.



Mahomet décide de faire assassiner Zopire.

Il en donne l’ordre à Séide.



Séide

Je crois entendre Dieu.

Tu parles, j’obéis.



En échange, Séide obtiendra la main de la belle Palmyre, captive du cheikh.



Zopire est assassiné par Séide.

Au pied de l’autel, où il honorait "ses faux dieux".

Son meurtrier est son fils.

Et Palmyre, sa fille.



Séide cherche à venger son père.

Poignard à la main, devant Mahomet, il s’effondre, empoisonné.

C’est ainsi qu’Allah châtie les blasphémateurs.



Mahomet est secrètement amoureux de Palmyre.

Elle se tue avec l’arme de son frère.



Mahomet, grand manipulateur

Il enjoint à Omar de cacher ses faiblesses et de servir sa gloire.

"Je dois régir en Dieu l’univers."

"Mon empire est détruit si l’homme est reconnu."



Perfide

Cynique

Cruel

Il cherche par tous les moyens à satisfaire ses ambitions politiques, et à se débarrasser de ses rivaux en amour.



Mahomet admiré par Napoléon.



La religion musulmane, un prétexte

Voltaire dédie la pièce à Benoît XIV.

Il attaque principalement le fanatisme des chrétiens, et la superstition.



Voltaire

Ma pièce présente, sous le nom de Mahomet, le prieur des Jacobins, mettant le poignard à la main de Jacques Clément.



Voltaire, poursuivi pour impiété et scélératesse

Il doit retirer sa pièce au bout de trois représentations.

Retour à la page d'accueil : ici