O15457
Hubert Damisch : "Le jugement de Pâris"



O15457 Hubert Damisch : "Le jugement de Paris"

"Le jugement de Pâris"

"Iconologie analytique"

Hubert Damisch

Flammarion

1998



BEAUTE MON BEAU SOUCI



Freud

La psychanalyse n’a rien à dire sur la beauté.



L’avenir d’une émotion



Ce n’est pas l’œil qui voit, c’est l’âme.



Freud

Curiosité sexuelle



Elle est vouée à la partie manquante de l’objet.



Dans ce qu’elle a de plus élevé, l’émotion esthétique ferait écho à la "surestimation" de l’objet sexuel.

But de désir.

Elle s’étend à la totalité du corps.

Elle englobe toutes les sensations qui en émanent.



L’émotion esthétique ne fait pas que dévier la pulsion sexuelle.

Elle l’inhibe.

L’aiguillant éventuellement en direction de l’art.



L’énigme du plaisir.



Cherchez la femme.

La beauté dans le rapport des sexes.



Amour animal.



LE JUGEMENT DE PARIS



Kafka

Lettres à Milena

En fin de compte, c’est la femme qui juge.

Pâris ne fait que juger de quelle déesse la sentence ultime est la plus forte.

Un défi.



RAPHAEL

LE JUGEMENT DE PARIS



Cinq parties fondamentales de son art

Invention

Proportion

Couleur

Expression

Position



Féart de Chambray

Le jugement de Pâris



Pâris, fils de Priam, exposé sur le mont Ida.

Abandonné aux bêtes sauvages, à cause d’un songe funeste et fatal à sa patrie, que fit Hécube pendant sa grossesse.

Recueilli par un des bergers de la contrée, qui l’éleva comme son enfant.

Prince inconnu à son nourricier et à soi-même.

Par une secrète vertu de son sang royal, il se rendit parfait, en force, en beauté, en adresse.



Noces de Thétis et Pélée

Tous les dieux y ont été conviés, sauf la déesse Discorde.

Malicieuse, pour se venger du mépris que l’on avait d’elle, elle jette secrètement dans la foule de l’assemblée, une pomme d’or, sur laquelle il était écrit :



SOIS DONNEE A LA PLUS BELLE.



Mercure, le plus intrigué de tous les dieux, la ramasse.

Il lit tout haut l’adresse du pernicieux présent.

Il allume tant de jalousie entre les déesses, qui se piquaient d’être belles, que Jupiter ne voulut pas en être le juge, de peur d’offenser sa femme Junon, s’il se prononçait en faveur d’une autre.

Ou de paraître suspect et intéressé, s’il l’avait préférée.



Les seules rivales de Junon furent la fière Minerve et l’agréable Vénus.



Les trois prétendantes s’en remirent au jugement du royal berger Pâris.

Lui-même étant un parfait modèle de beauté.



Mercure lui fut dépêché de la part de Jupiter, avec cette pomme.

Il devait la donner à celle des trois qu’il jugerait être la plus belle.



Raphaël

Minerve, toute remplie de dédain de n’avoir pas eu le prix.

Elle tourne le dos à son juge, avec une contenance de mépris extrême.

Vénus, au milieu de ses deux rivales, reçoit le gage de sa victoire.

Avec une modestie accompagnée de toute la grâce qu’on peut imaginer.

Pâris, assis, comme juge.

Il donne son arrêt, avec la pomme fatale, qui causa ensuite dans de désordres parmi la Grèce.

Ruine entière de la ville de Troie, lieu de la naissance de Pâris.

Vénus dévoile une partie de son sein.

Mercure a accompli sa mission.

Il est prêt de retourner dire à Jupiter quel en a été l’événement.



Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.


Les dieux, comme les humains, comme les animaux, ont un sexe.

Il suffit à en faire des êtres de désir.



Souviens-toi de Pâris.



Généalogie de l’Europe.



La peinture, corps et âme.



Les trois déesses sont trop nues.



Dürer



Discordia.



Rubens

Le jugement de Pâris.



Renoir

Le jugement de Pâris.



Jules Romain

Le jugement de Pâris.

Retour à la page d'accueil : ici