O15408
Pages choisies : "Alfred de Musset"



O15408 Pages choisies : "Alfred de Musset"

"Alfred de Musset"

Pages choisies

Larousse



Poète, c’est assez. Auprès d’une infidèle,
Quand son illusion n’aura duré qu’un jour,
N’outrage pas ce jour quand tu parles d’elle.



Depuis qu’Adam, ce cruel homme,
A perdu son fameux jardin,
Où sa femme, autour d’une pomme,
Gambadait sans vertugadin.



Sexe adorable, absurde, exécrable et charmant,

Que ce pauvre badaud qu’on appelle un poète,

Toujours fier et trompé, toujours humble et rêvant.



Les femmes, j’en conviens, sont assez ignorants,

On ne dit pas tout haut ce qui les rend contentes,

Et comme en général, un peu de fausseté
Est leur plus grand plaisir après la fausseté,
On n peu, par hasard, trouver qui sont méchantes,

Mais qu’y voulez-vous faire ? Elles ont la beauté.



DERNIERS VERS



J’ai perdu ma force et ma vie
Et mes amis et ma gaieté ;
J’ai perdu jusqu’à la fierté
Qui faisait croire à mon génie.

Retour à la page d'accueil : ici