O15385
Boris Cyrulnik : "Le murmure des fantômes"



O15385 Boris Cyrulnik : "Le murmure des fantomes"

"Le murmure des fantômes"

Boris Cyrulnik

Odile Jacob

2003



Hans Christian Andersen

Ma vie est un beau conte de fées, riche et heureux.

Sa mère, prostituée par sa mère, alcoolique ; son père, fou.

S’arracher de la boue.

Vilain canard devenant cygne.

Divinisation des femmes qui inhibait sa sexualité.



Marilyn Monroe

Orphelinat.

Oisillon déplumé, tremblant, recroquevillé, incapable d’ouverture sur le monde et les gens.

Arrivée à l’âge du sexe, elle s’est laissée prendre par qui voulait bien d’elle.

Darryl Zanuck, producteur de cinéma, la loue à d’autres studios.

Tous, aveuglés par tant de beauté, n’ont pas vu son immense désespoir.

Elle est restée morte.



La résilience n’est pas une recette de bonheur

Une stratégie de lutte contre le malheur.

Qui permet d’arracher du plaisir à vivre.



Un seul problème à résoudre, celui qui donne sens à notre existence et impose un style à nos relations.



Le déni protège, glace une partie du monde.



Un désir est murmuré

Il suffit qu’un autre l’entendre pour que la braise reprenne flamme.



Tout récit est un outil pour reconstruire son monde.



Se débattre puis rêver.



Le mensonge est un rempart contre le réel, la mythomanie un cache-misère.


Le pouvoir réparateur des fictions peut modifier le réel.



Apprendre à aimer malgré la maltraitance.



CONCLUSION



Reprendre vie grâce à deux mots :

Le lien et le sens.

Retour à la page d'accueil : ici