O15384
Boris Cyrulnik : "Les vilains petits canards"



O15384 Boris Cyrulnik : "Les vilains petits canards"

"Les vilains petits canards"

Boris Cyrulnik

Odile Jacob

2001



Andersen

Transformé en un superbe cygne blanc.



Barbara

Je suis morte autrefois.



La stéréotypie de nos discours nous fait croire qu’il faut se débarrasser de l’empoisonnante culpabilité judéo-chrétienne.



Souffrir de la culpabilité, c’est ne pas être un monstre.



Autrefois, un ordre fixiste

Le seigneur, le prêtre côtoyant Dieu.

Le ventre des femmes fournissait les enfants.

Les muscles des hommes et des animaux produisait l’énergie.

La hiérarchie sociale était justifiée.

Les aristoprêtres, avec leurs mots.



Aujourd’hui, on sait que l’on peut changer l’ordre social, et la nature.



Freud a découvert le continent intérieur.



Charles IX revoyait sans cesse les images des massacres de la Saint-Barthélemy.

Dostoïevski obsédé par le simulacre de fusillade qu’il avait subi.



Amérique

Resiliency

Elasticité, ressort, ressource et bonne humeur.



Une institutrice donne, en une phrase, de l’espoir à un enfant.



Au lieu de se sentir mal et d’être mauvais.



Participer à la culture.

Devenir acteur et pas seulement assisté.



Paul Bouvier

Un processus, un chemin à parcourir.



Vanistendael

La vie est trop riche pour se réduire à un seul discours.



Brassens

Elle est à toi cette chanson.
Toi l’Auvergnat qui, sans façon,
M’a donné quatre bouts de pain
Quand dans ma vie il faisait faim.



Apprendre à observer afin d’éviter la beauté vénéneuse des métaphores.



Les nouveau-nés ne peuvent pas tomber ailleurs que dans l’histoire de leurs parents.



Humour

Pour transformer l’angoisse en fête émotionnelle.



Sans culpabilité pas de moralité

Etre acteur de sa réparation.

Retour à la page d'accueil : ici