O15371
Jean-Marie Apostolides : "Cyrano, qui fut tout et ne fut rien"



O15371 Jean-Marie Apostolides : "Cyrano, qui fut tout et ne fut rien"

"Cyrano, qui fut tout et ne fut rien"

Jean-Marie Apostolides

Impressions nouvelles

Bruxelles

2006



Cyrano de Bergerac

1619-1655.



Appartiennent à la même génération que Cyrano

Théophile de Viau

Tristan L’Hermite

Charles Sorel

Paul Scarron



Un héros complet

Homme de plume et homme d’épée.

Pour lui, l’héroïsme ne se partage pas, il s’applique à tous les domaines.



Il dit à son ami, Le Bret

Admirable, en tout, pour tout.



Tour à tour, hostilité et soutien à Mazarin.



Le nez et la lune



La foule et le héros



La métaphysique de la scène



Roxane


L'Etat et la patrie


Siège d’Arras

Christian meurt.

Pour la Patrie.

Cyrano, séparé de lui, erre comme une âme sans son corps.

Il devient une ombre qui rôde dans les rues de Paris.

Qu’on ignore, ou dont on se moque.



Cyrano, une image de la nation



Conclusion



Dernière floraison du drame romantique.

Après la défaite de 1870.

Retour à la page d'accueil : ici