O15362
Sor Juana Inès de la Cruz : "Le divin Narcisse"



O15362 Sor Juana Ines de la Cruz : "Le divin Narcisse"

"Le divin Narcisse"

Sor Juana Inès de la Cruz

Gallimard

1987



OCTAVIO PAZ

PREFACE



Une défense du droit des femmes au savoir.



Née en 1651.



Dame de compagnie de la marquise de Mancera

Vice-reine de la Nouvelle Espagne.



Elle ne manqua pas d’amoureux.

Mais elle ne voulait pas être

"un mur blanc où tous veulent griffonner."



L’Eglise ne la jugea ni folle ni blasphème.

Mais elle déplora son égarement.


Une mère supérieure très candide

Elle croyait que l’étude attirait l’inquisition.



Juana s’appuie sur les textes des Pères de l’Eglise

Elle défend son droit, et celui de toutes les femmes, à la connaissance.



Elle écrit son autobiographie.

Le véritable savoir n’est pas celui du spécialiste, mais un type de connaissance qui intègre en une vision cohérente les différents savoirs.



Son destin d’écrivain, châtié par d’orgueilleux prélats sûrs de leurs opinions.



Elle renonce aux lettres profanes, et s’abandonne aux pouvoirs du silence.



La mystique ne consiste pas tant à sortir de ce monde qu’à insérer la vie personnelle dans l’histoire sacrée.



LE DIVIN NARCISSE



Hommes stupides qui accusez
La femme sans aucune raison
Sans voir que vous êtes l’occasion
Des choses que vous leur reprochez



Si par un désir excessif
Vous sollicitez leur dédain
Pourquoi agiraient-elles bien
Si vous les incitez au mal ?



Vous combattez leur résistance
Et ensuite avec gravité
Vous dites que fut légèreté
Ce qu’a obtenu l’insistance.



Elle appelle Dieu Narcisse
Parce que sa beauté
Personne ne pourra l’égaler
Ni même la mériter



On interdisait même aux hommes sages de lire le Cantique avant qu’ils n’aient dépassé la trentaine.

Ainsi que la Genèse.



Jérôme

Si tous les membres de mon corps étaient des langues,

Ils ne suffiraient pas à publier la sagesse et la vertu de Paula.



Lettres divines entre les mains du réprouvé Pélage.

Et de l’arrogant Arius.

Du réprouvé Luther.



A PHILOTHEE DE LA CROIX

UN HOMME



Gardez-moi dans votre grâce.

1691.

Retour à la page d'accueil : ici