O15292
Voltaire : "De l’horrible danger de la lecture"



O15292 Voltaire : "De l’horrible danger de la lecture"

"De l’horrible danger de la lecture"

Voltaire

Flammarion

1994



1822

Restes de Voltaire et de Rousseau jetés.



Louis XVIII

Laissez-le donc, il est bien assez puni d’avoir à entendre la messe tous les jours.



Dupanloup

Insulteur du peuple, courtisan, insulteur de la France, négrier, insulteur de la vérité.



Aujourd’hui

Une époque désabusée et désenchantée.



Quoiqu’il y ait beaucoup de livres, peu de gens lisent ; et il y en a beaucoup qui ne se servent que de leurs yeux.



La facilité à communiquer ses pensées tend évidemment à dissiper l’ignorance,

Qui est la gardienne de la souveraineté des Etats bien policés.



Invention infernale de l’imprimerie.



Ne lire aucun livre, sous peine de damnation éternelle.



Humilité chrétienne

Injures atroces contre les autres.



Devise de toutes les querelles :

Sottise des deux parts.



Guerre :

Pour voler.



Jephté engage des brigands.



Opéra-comique, et opéra sérieux

Venus d’Italie.



Bons écrivains

Persécutés et harcelés toute leur vie.



Le peuple ?

Traités comme des singes.

Retour à la page d'accueil : ici