O15278
Olivier Bardolle : "Petit traité des vertus réactionnaires"



O15278 Olivier Bardolle : "Petit traite des vertus reactionnaires"

"Petit traité des vertus réactionnaires"

Olivier Bardolle

L’Editeur

2010



A la mémoire de Philippe Muray qui n’a cessé de combattre
Par le rire le plus implacable

Le terrible démon du Bien…



Hölderlin

Saisir la foudre à pleines mains.



George Steiner

L’expulsion de l’Eden comprend une chute dans la pensée.



L’amour en berne



Cioran

Dérive humanitariste des obsessions caritatives.

Sur fond d’affaiblissement spirituel généralisé.



Le mythe égalitaire



Naissance du beauf

Cabu

La médiocrité mise à l’honneur.

Une première place qu’elle n’a plus quitté depuis.



Début du 20 ème siècle

Salon des indépendants.

Œuvres des impressionnistes conspuées.

Une humiliation collective.

Elle a laissé des traces durables dans les consciences de la petite bourgeoisie intellectuelle :

Admirer par principe tout ce qui est nouveau.

Présenté comme admirable.

Le classique ? HAS BEEN.

Ringard.

Snobisme intellectuel infini pour tous les domaines de la vie sociale.

Peinture, sculpture, musique, architecture, littérature.

Chant, danse.



La fin de l’espèce



Le retour de Dieu



L’esprit de résistance



Comment survivre à la modernité ?



Cédric Biagini et Guillaume Carnino

La durée et la pérennité sont devenues des valeurs archaïques.

Les défendre revient à passer pour un conservateur.

Tout ce qui est instable et précaire a un parfum de modernité.

La société est devenue "liquide".

Rien ne doit se fixer.



Electronique numérique ?

Une société en liquidation.



Tout est jetable, passe.

Tout se périme, à une vitesse folle.

L’instantané devient la seule échelle de valeur.

Retour à la page d'accueil : ici