O15249
Jacqueline Raoul-Duval : "Kafka, l’éternel fiancé"



O15249 Jacqueline Raoul-Duval : "Kafka, l’eternel fiance"

"Kafka, l’éternel fiancé"

Jacqueline Raoul-Duval

Flammarion

2011



Lettre à Max Brod

16-10-1917

Il ne m’est possible d’aimer que si je peux placer mon objet tellement plus au-dessus de moi, qu’il me devient inaccessible.



Mon identité

Juif parmi les non-Juifs

Non-croyant parmi les croyants

Allemand parmi les Tchèques.

J’écris en allemand, mais avec le sentiment que je m’approprie un bien qui n’est pas à moi.



Il déclare qu’il n’a rien de commun avec les Juifs.

C’est à peine s’il a quelque chose de commun avec lui-même.



Il dévoile à Dora l’histoire de Kleist

Une mort composée et exécutée comme une œuvre d’art.



Heinrich von Kleist aime Henriette, l’épouse de Louis Vogel,

Dont elle a un enfant.

Henriette l’aime.

Poussés par un sublime besoin d’absolu, Heinrich et Henriette concluent un pacte de suicide.

A Wannsee, en 1811, il a 34 ans.

Kleist abat Henriette d’une balle,

Et retourne le pistolet contre lui.



A Dora

Combien de temps pourrai-je supporter que tu me supportes ?



Il est mourant.

Le médecin lui rend visite, et il s’en va.

Kafka

Voilà comment le secours repart, sans vous avoir secouru.



Je ne suis que littérature.

Retour à la page d'accueil : ici