O15228
Bernard Chouraqui : "La judéité sauvage"



O15228 Bernard Chouraqui : "La judeite sauvage"

"La judéité sauvage"

Bernard Chouraqui

Ouvrage collectif

La Différence

2001



Vaclav Havel

Dostoïevski

Sacher-Masoch

Kazantzaki

Ionesco

Guido Ceronetti

Cioran

Maurice Blanchot

Sartre

Jean-Jacques Servan-Schreiber



Goethe

Le peuple qui, parmi les peuples, est l’élu, n’est pas le meilleur, mais le plus endurant.



Ladislav Klima

Un émerveillement souverain et admiratif.



Nietzsche

Quel bienfait que d’apercevoir un Juif parmi des Germains…

Et quel bienfait que d’apercevoir, en Europe centrale, une femme juive !

Le suprême charme féminin consiste dans une lumineuse mystérieuseté, délicatement tressaillante, baignant dans de blêmes lointains.

Dans une douce et rêveuse démonicité, dans une narcotisante langoureuseté.

Tout cela se rencontre presque uniquement chez les Orientales,

Mais nulle part sous des formes aussi foncièrement spiritualisées que chez les Juives.

Plus encore que leurs hommes, les femmes d’Israël rayonnent de quelque chose de plus haut, de plus profond, quelque chose de plus et de plus distant, qui demeure hors de la portée des regards aryens.



Cioran

Une peuple de solitaires.



Maurice Blanchot

L’indestructible.

Le Juif est malaise et malheur.

Le Juif, à travers les temps, est l’opprimé et l’accusé.

Il est, il a été l’opprimé de toute société.

En particulier la société chrétienne.

Un rapport d’oppression général.

Chaque homme a un rapport de responsabilité particulier avec cet Autrui qu’est le Juif.

Exclure les Juifs, ce n’est pas assez.

Il faudrait aussi les retrancher de l’histoire, les retirer des livres par où ils nous parlent, effacer cette présence.

En un mot, supprimer "autrui".

Retour à la page d'accueil : ici