O15201
Georges Corm : "Le Proche-Orient éclaté"



O15201 Georges Corm : "Le Proche-Orient eclate"

"Le Proche-Orient éclaté"

Georges Corm

Gallimard

2003



1956-2003.



Economiste libanais.

Consultant économique et financier international.

Né en 1940.



Fernand Braudel

Toute grandeur suppose un espace dominé (le dehors), plus vaste que l'espace privilégié qui lui appartient en propre (le dedans).



Le Proche-Orient arabe, depuis des siècles, ne maîtrise plus son propre espace, encore moins son environnement.

Il est lui-même l'espace périphérique d'autres zones du monde, celui de l'Europe et des Etats-Unis.

Son propre espace interne est dominé, modelé, forgé par le DEHORS.



Le présent n'est donc vécu, pour les Arabes, que comme une répétition monotone d'une décadence qui n'en finit plus.



Conduites d'échec chez les Arabes

Depuis l'incapacité des proches du Prophète à s'entendre durablement, après sa mort, sur un système de succession.

D'où le schisme entre sunnites et chiites, qui empoisonne la vie politique arabe.



Invasions arabes du 7 ème siècle.

Elles n'entraînent pas le déclin du Proche-Orient byzantin.

Les deux empires arabes, celui des Omeyyades avec comme capitale Damas, celui des Abbassides avec comme capitale Bagdad, donnent au Proche-Orient une prospérité que les guerres entre Byzance et la Perse sassanide avaient mis à mal.



Des vaincus

Les Arabes n'ont pas réussi à résister à la tenaille puissante des facteurs extérieurs de désagrégation et de l'absence de cohésion.



Le sionisme est classé comme une forme attardée d'impérialisme.


Chaïm Weizmann, Nahum Goldmann, n'ont pas eu de prise sur la masse du mouvement sioniste.



Jérusalem

Aux sources des trois grandes religions monothéistes.

Symbole du sacré et de la violence.



1917
Une déclaration coloniale de décès du peuple palestinien.



La conscience occidentale est traumatisée par le problème juif.

Elle n'est pas touchée par la souffrance, l'injustice que subissent les Arabes.



En Europe chrétienne

Peur de l'islam.

Souvenir des invasions.

Pieds noirs traumatisés.



Menahem Begin

Arrogance, entêtements.



Refus de l'Etat palestinien.



Reconnaître l'existence d'un peuple palestinien ayant vécu en Palestine jusqu'en 1948, c'est défaire le sionisme dans ses fondations profondes.



Dans l'optique de l'orthodoxie sioniste, la conquête, la légitimité idéologique et politique, sans rien céder aux droits palestiniens.


Pour le sionisme orthodoxe, l'antisémitisme est inscrit au plus profond de la conscience du monde chrétien et islamique.

Le nazisme est susceptible de se reproduire sous d'autres formes en n'importe quel endroit.



Pour ce sionisme, toute vision libérale et optimiste de l'existence juive est une imprudence que l'histoire de l'antisémitisme démontre largement.



Accepter l'assimilation comme une perspective raisonnable et reconnaître que le nazisme est un accident de l'histoire, c'est ouvrir le dossier palestinien.



Quinzio Sergio
Racines hébraïques du monde moderne



Weinstock Nathan
Le sionisme contre Israël



Yechayahou Leibovitz

Caractère violent de l'Etat israélien.

Nécessité de DESACRALISER L'ETAT.

De cesse d'en faire un OBJET DE FETICHISME.

Renoncer à traiter la judéité comme une catégorie politique.

Séparer totalement le religieux du politique.

La guerre des six jours ? Une calamité pour l'Etat d'Israël.

Depuis 1967, un appareil d'oppression sur un autre peuple.



Pulsion messianique de Jabotinsky

Il prône ouvertement le recours à la lutte armée contre la population arabe, puis les autorités mandataires britanniques.



Abraham Livni

Mutation profonde des structures de pensée de la société israélienne.

Crise d'identité :
Qui est le peuple juif qui retourne sur la terre d'Israël ?



But des Croisades

Reconquérir les pays conquis par les Arabes.



Le Rav Kouk

Les nationalises juifs laïcs ne savent pas ce qu'ils désirent.

L'esprit d'Israël se trouve lié si étroitement à l'esprit de Dieu qu'un juif nationaliste est malgré lui imbu de l'esprit divin, même en dépit de sa propre volonté.



Le Rav Tsvi Yehouda Kouk

1891-1982.

Une mystique ultranationaliste.

Ressemblance avec le cheminement qui conduit de Jabotinsky à Begin.

Il abandonne tous les aspects universalistes de la pensée de son père, pour placer au-dessus de tout la SAINTETE DU PAYS D'ISRAEL et le devoir de le coloniser.



Le judaïsme : religion nationale ?

Retour à la page d'accueil : ici