O15190
En Australie, un programme : Tuer 2 millions de chats-sauvages, qui sont des menaces pour beaucoup d’espèces



O15190 En Australie, un programme : Tuer 2 millions de chats-sauvages, qui sont des menaces pour beaucoup d’especes

En Australie, un programme : Tuer 2 millions de chats-sauvages, qui sont des menaces pour beaucoup d’espèces.



Le Monde

17-01-17



Les chats harets australiens n’ont rien du paisible animal de compagnie. Ils ont dévasté la faune unique du pays. C’est « l’une des espèces invasives les plus destructrices », selon l’étude financée par le gouvernement et intitulée « Comptabiliser une menace à l’échelle d’un continent : combien y-a-t-il de chats sauvages en Australie ? ».
Ces chats sont accusés d’être responsables de la disparition d’une trentaine d’espèces endémiques, principalement des mammifères. Parmi eux, le bandicoot-lapin à queue blanche ou la souris sauteuse d’Australie à grandes oreilles. C’est dans ce pays que le taux d’extinction des mammifères est le plus élevé depuis 200 ans. Or les chats menacent encore des dizaines d’autres mammifères, oiseaux, reptiles.



« L’Australie est le seul continent autre que l’Antarctique où les animaux ont évolué en l’absence de chats, ce qui explique pourquoi notre faune est tellement vulnérable face à eux », commente Gregory Andrews, le commissaire chargé des espèces menacées au sein du gouvernement, qui a participé à l’étude. Le chat a été introduit en Australie par les premiers colons, à la fin du 18e siècle, afin de s’attaquer aux souris, principalement dans les fermes.
« C’était à l’origine des animaux domestiques, mais ils ont été laissés dans la nature et vivent depuis comme des animaux sauvages », explique Sarah Legge, de l’Université du Queensland, co-auteure de l’étude. Ils se sont peu à peu répandus dans l’ensemble du territoire. « Ils s’adaptent très facilement à leur environnement, sont de formidables chasseurs. Ce sont des animaux incroyables, mais ils n’ont rien à faire ici », poursuit Sarah Legge.



Pourchasser les souris…



Et faire n’importe quoi.



Ainsi, les lapins.



Les dromadaires.



Des fléaux contre lesquels on ne peut rien…



L’homme sait tout.



Il peut tout.



Il détruit tout, aussi.

Retour à la page d'accueil : ici