O15146
Marie-Louise von Franz : "Interprétation des contes de fées, l’ombre et le mal"



O15146 Marie-Louise von Franz : "Interpretation des contes de fees, l’ombre et le mal"

"Interprétation des contes de fées, l’ombre et le mal"

Marie-Louise von Franz

Albin Michel

1990



Les contes de fées expriment de façon extrêmement sobre et directe les processus psychiques de l’inconscient collectif.



Le mythe solaire et le mythe de l’arbre sont reliés.



Le rêve apporte un message nouveau que ni l’analyste ni l’analysé ne peut connaître à l’avance.



Presque tous les contes de fées tournent autour d’un symbole du Soi où se trouvent ordonnés par lui.



Animus et anima.



La biche porte un anneau entre ses cors.



L’ombre féminine

Les femmes ne sont généralement pas très éloignées de leur ombre.



Un mari et une femme n’avaient pas eu d’enfants lorsqu’ils étaient riches.

Devenus pauvres, ils eurent un petit garçon.



Jung

Réaction éthique de l’homme vis-à-vis de ses propres actes.



L’homme n’est pas indifférent devant ses actions et ses motivations.

Il tend à porter sur elles un jugement de valeur.



A la recherche du cœur secret



Afrique

Tournois entre les hommes-médecine.

Montrer ses pouvoirs.

Etendre son influence.

Eliminer ses rivaux.



Simon Pierre et Simon le Mage s’affrontent à Rome.



La fiancée

Toute nue comme m’a mise au monde ma mère
J’ai traversé à genoux l’épineux désert.



Aspect émotionnel meurtrier qui provoque ou accompagne fréquemment le mal.

Civilisation trop uniquement masculine.

Principe féminin réprimé. Comme tout ce qui est refoulé, il régresse dans l’inconscient.



Le principe féminin, ramené aux enfers dans la conscience.

S’il est accepté et intégré à la vie, il vainc le mal.



Les contes de fées ne sont qu’en apparence des histoires naïves et innocentes.

Ils sont si riches de sens qu’on ne peut les expliquer superficiellement.

Pour les comprendre réellement, il faut que nous acceptions de plonger, avec eux, en eau profonde.

Retour à la page d'accueil : ici