O15079
Frédéric Ferney : "Oscar Wilde, les cendres de la gloire"



O15079 Frederic Ferney : "Oscar Wilde, les cendres de la gloire"

"Oscar Wilde, les cendres de la gloire"

Frédéric Ferney

Editions Mengès

2007



Tous les hommes tuent ce qu’ils aiment.



Au lieu d’essayer d’être le héros de sa propre histoire,
Il cherche à être le spectateur de sa tragédie.



Il est un pays inconnu plein de fleurs étranges et de parfums subtils,

Un pays dont la joie des joies est de rêver,

Un pays où tout est parfait et vénéneux.



Ma faiblesse, c’est que je fais ce que je veux et que j’obtiens ce que je désire.



Je suis de ceux qui sont faits pour les exceptions, non pour les lois.



A ce beau monde irréel de l’art où je fus roi jadis.



Qu’est-ce que le dandysme ?

L’ivresse de déplaire.

L’art du détachement.

Le don de s’affranchir de tout :

Le travail

La famille

L’argent

Les ancêtres

Et le qu’en-dira-t-on.



Le vrai fou, celui que les dieux raillent et détruisent,

Est celui qui ne se connaît pas lui-même.

J’ai trop longtemps été celui-là.



Je siège entre Gilles de Rais et le marquis de Sade.



Mallarmé érige un sépulcre où il s’emmure.



Aimer



Les femmes vous aiment pour vos défauts.



Artiste



Aucun grand artiste ne voit les choses comme elles sont.

Sinon il cesserait d’être un artiste.



La seule chose que l’artiste ne puisse pas voir est l’évidence.



Cynique



Un cynique est un homme qui connaît le prix de la chaque chose

Et la valeur d’aucune.



Education



Rien de ce qui mérite d’être su ne peut s’enseigner.



Mariage



L’homme se marie par lassitude,

La femme par curiosité.

Tous les deux sont déçus.



Principe



Je n’aime pas les principes.

Je préfère les préjugés.

Retour à la page d'accueil : ici