O15056
Nizam el Molk : "Traité de gouvernement"



O15056 Nizam el Molk : "Traite de gouvernement"

"Traité de gouvernement"

Nizam el Molk

Sindbad

1985



JEAN-PAUL ROUX

PREFACE



1018-1092



Composé pour le sultan Malik Chah



Traduit du persan



Ministre des sultans seldjoukides

Arp Arslan 1063-1072

Malik Chah 1072-1092



Périodes de grandes mutations

Les Turcs font une irruption massive sur les terres musulmanes.

Ils commencent à prendre en main le destin de l’islam.



L’iranisme, longtemps étouffé par l’arabisme.

Il affirme la puissance de son génie.

Le sunnisme, submergé par le chiisme.

Il se ressaisit.



A la mort de Mohamad, les Arabes n’ont pas de mal à détruire l’empire des Sassanides.

Mais Khosrau, ou Khosroès, hante les imaginations islamiques.

Presqu’autant qu’Iskander.



Islamisation et arabisation.

Mais subissant la culture de l’Iran.



Révolution de 750.

Elle renverse le califat Omeyyade de Damas.

Donne naissance à celui des Abbassides à Bagdad.



Langue arabe.

Epanouissement de la civilisation musulmane.

Intégré au monde arabe.

Comme la Syrie, l’Egypte, la Tunisie.



Mais des résistants

Hétérodoxie musulmane.

Mouvement protestataire, le chiisme.

Seule souche possible des successeurs de Mohamad.

Divisé et subdivisé.

Il s’oppose au sunnisme.

Contre les Abbassides.

Un groupe favorable à la conservation de la personnalité iranienne.

Mais c’est aussi le cas des sunnites arabisés.



Démesure de l’empire.

D’où une certaine autonomie laissée aux gouverneurs provinciaux.



Bukhara

Nachipour

Merv

Samarcande



Poète Rudaki

Savant El Razi

Ibn Sina



Puissante famille des Buyides

Chiites convaincus.

Bagdad.

Elle établit sa tutelle sur le califat.

Elle soustrait l’Iran à la domination arabe.

Culture iranienne.

Rien ne semblait en mesure de s’opposer au chiisme.

Sous sa forme la plus extrémiste, l’ismaélisme.

Il était en passe de dominer le monde islamique tout entier.



Les Fatimides, constitués en Ifriqiya

Ils se dressent contre le califat aliéné de Bagdad, califat schismatique.

Ils se rendent maîtres de l’Egypte.

Celle-ci fait figure de grande puissance internationale.



Les Turcs

Originaires de la Sibérie méridionale et de l’Altaï.

Glissement en Mongolie.

Et dans l’ensemble des steppes eurasiatiques.

Des relations privilégiées établies avec les Arabes.



Arabes

Immensément riches, ils n’avaient plus le goût de la guerre.

Au contraire, pauvres, les Turcs avaient la vocation de la faire.



Al Farabi

Turc.



Samanides

Alp Tegin

Il refuse de se laisser destituer par son successeur al Mansour 1 er.

Il ne put maintenir son fief.

Alla s’installer à Ghazni, dans l’actuel Afghanistan oriental.



Mahmud de Ghazni

Il annexe le Pendjab.

Prestige et richesse.



Il fait venir dans sa capitale tous les poètes, les artistes, les savants du monde musulman.



C’est à Mahmud que Firdousi dédia le Livre des Rois, le Chah Name.



Ensuite, une ruée des nomades turcs sur les terres musulmanes.



985

Tribu oghuz des Kinik

Seldjuk

Redoutables.

Ils récupèrent le Kharezm, Merv, Nachipur.



Masud, Ghaznévide, leur livre bataille.

Il est complètement vaincu.

S’enfuit dans sa capitale.

Les Seldjoukides ont libre accès à l’Iran.



Hordes de Turcs nomades, les Turkmènes

Djihad.



Tchagri Beg

Tughrul Beg

Totem : Seigneur faucon.

Barbare.

Il épouse la fille du calife.



Le pouvoir passe à ses neveux

Alp Arslan

Razzias.



Son successeur, Malik Chah.

Il annexe la Transoxiane.



Empire stable et prospère

De la Méditerranée orientale à l’ouest du Turkestan chinois.

On attribue ce résultat à Nizam el Molk.



NIZAM AL MULK



Administrateur de génie, il organise un empire.



Choix du persan comme langue officielle.

Promotion de la culture iranienne.



Abu Hasan Ali

Nizam el Molk

Vielle famille iranienne du Khorassan.

Son père, collecteur d’impôts pour le gouvernement ghaznévide.

Sujet turc.



Elève d’un docteur chaféite, à Nachipur.



Vive piété.

Vive générosité pour les ulémas.

Bataille de Dondangan.

Son univers s’écroule.

Il fuit vers Ghazni, entre dans l’administration.



Il abandonne le service des Ghaznévides, pour entrer à celui des Seldjoukides.

Chez Tchagri Beg.

Alp Arslan le choisit pour diriger le gouvernement.



Son œuvre magistrale :

La réorganisation des études par la fondation des madrasa.

Rétablissement de l’orthodoxie musulmane.

Lutte contre le chiisme.



Il tient tête aux décisions impériales, quand il croit bon de le faire.



Il conseille, et il est souvent écouté.



Il crée un vaste service de renseignements, même si Alp Arslan n’en veut pas.

Respect de la justice, et de la bonne marche des affaires.



Avènement de Malik Chah

Il avait fait de lui son candidat au trône.

Il est maintenu dans ses fonctions.

Domine son souverain, par sa personnalité.

Il le tient sous tutelle.

C’est lui le vrai roi, sans en avoir le titre.



Pour lui, la famille seldjoukide est sacrée.



Il a sa propre garde de mamelouks, ses esclaves.



Générosité chaféite.



Un complot contre lui.

Il le déjoue.



Admirable connaissance des hommes.


Réputation de justice.



Construction de monuments.



Grande mosquée du Vendredi d’Ispahan.

Deux coupoles.

L’une porte son nom.

L’autre, celle du sultan.



Al Ghazali

Il enseigne dans ses madrasa.


Ami d’Omar Khayyam

Il l’appelle pour travailler à la réforme du calendrier.



Guerre, police, travaux publics, constructions



Parti des Karmates

Le chef des Ismaéliens, Hassan el Sabbah s’installe dans la forteresse d’Alamut.

Une institution le meurtre politique.

Le haschich.

On enivre les jeunes gens.

Hassan les envoie tuer ses ennemis.

Les Haschichins.

Nizam rajoute 11 chapitres à son livre sur le gouvernement, pour protéger l’Etat.



Il fut assassiné le 14 octobre 1092, par un individu qui se présentait comme un mystique, en habit de soufi.

Qui fut aussitôt massacré.


Malik Chah mourut.

Ce ne fut pas la fin des Seldjoukides, mais des Seldjoukides qui furent grands.



Le prestige de Nizam el Molk demeura intact.



Il avait suivi toute sa vie la même ligne de conduite.

Une politique, qu’il avait entendu pousser jusqu’à ce qu’elle donne ses plus complets résultats.



Il songea à supprimer le califat.



Etonnante persévérance.

Puissante ténacité.

Grands bienfaits de la stabilité du pouvoir.



37 années, il travailla dans l’administration de l’empire.

Devenant son maître quasi absolu.



Médiocrité de la plupart de ses descendants.

Vizirs.



Ensuite, la dégénérescence accrue de l’Etat.



Une étoile dans un ciel que recouvre des nuages orageux.



Dans le souvenir des hommes, pourtant enclins à l’ingratitude, il ne s’effaça pas.

Retour à la page d'accueil : ici