O15004
Sophie Duval : "Mauvais genre, la satire littéraire moderne"



O15004 Sophie Duval : "Mauvais genre, la satire litteraire moderne"

Sophie Duval : "Mauvais genre, la satire littéraire moderne".

Jean-Pierre Saïdah

Presses universitaires de Bordeaux

2006



Lucien de Samosate

Lecture morale

Lecture sceptique



La satire, considérée comme un genre noble.



Mais le satiriste se déshonore.



Horace

Juvénal

Perse

Pope

Dryden

Boileau

Defoe

Fiedling

Swift



La satire relève de la philosophie morale.



Harry Frankfurt

BULLSHIT

Le producteur de foutaise.



Swift

Les modernes :

Laisser l’invention et l’imagination prendre le pas sur la méthode et la raison.

Perdre le respect des valeurs cognitives.



Gulliver

Objectif de la satire

Vexer les coquins, sans espérer les corriger.

Honte de leur sottise.



Swift

Je me considère comme un clergyman appointé par la Providence pour défendre un poste qui m’a été assigner.

Et pour l’emporter sur le plus d’ennemis possibles.



Beaucoup prennent la satire au premier degré.



Culte de l’honneur.

Il est difficile de se le représenter, tel qu’il était vécu chez les Latins.


Karl Kraus

Il était difficile pour Juvénal de ne pas écrire une satire.



Swift

Conte du tonneau

Dans le contexte de la querelle des Anciens et des Modernes.

Sous le couvert de l’anonymat.

Swift, partisan des Anciens.



Musset

Les secrètes pensées de Raphaël



La Bruyère

Il est arrivé un grand malheur à Evariste, qui fait des romans presque lisibles, et dont le style, nourri de barbarismes, en impose.

Les journaux le traitent bien.

Il a écrit qu’un homme de génie doit être l’expression de son siècle.

Depuis ce jour, il n’a ni repos ni trêve qu’il ne découvre l’esprit de son siècle afin d’en être l’expression.



Léon Bloy juge le matérialisme de Zola

Pour lui, la vie consiste à gagner de l’argent,

A bien manger,

A bien dormir,

A bien faire l’amour

Et à bien faire caca



ECRITURE ROMANESQUE ET RETOURNEMENT SATIRIQUE

CHEZ ALBERT COHEN



Rituel amoureux chez la femme occidentale.

Ces jeunes dames provisoires qui circulent en croyant qu’elles seront toujours vivantes, mignonnettes, allantes et du talon tapantes.

Majorettes.

Leurs cocasses derrières fortement moulés.



Ses collègues, excédés par la longueur de tout exposé autre que le leur.



Oui la vie éternelle.

Pitié pour ce pauvre vulgaire.



Démasquer un imposteur.



Réparer un désordre du monde.



Le satiriste est moraliste

Il plaide au nom d’une intention correctrice.

Thaumaturge, il se fait prophète.



Le mal est dans cette imposture, ce mensonge, cette duplicité dont Cohen trouve le fondement dans la dualité essentielle de l’être.



Girard

Sa prédisposition à la tentation mimétique.

Sa propension à désirer ce qui l’excède.

A annexer tout ce qui ne relève pas de sa sphère propre.

Se projeter passionnément une image utopique de soi.

Le conquérant viril et surpuissant pour les nazie.

Derrière le désir de domination se cache l’insatisfaction fondamentale de soi.

Une frustration existentielle constante.

Sinon un complexe d’infériorité.



Désir d’incorporer la substance de l’Autre.



Plaire.

Singer l’objet suprême de la convoitise.

Envoyer une image flatteuse à ce prétendu dépositaire d’un être divin.

Entrer avec lui dans la ronde mimétique.



Singe

Extraordinaire aptitude à l’imitation.


Une dérision de l’humain.



L’homme, épris de son désir métaphysique.

Il devient la proie d’un désir de puissance.

Aucune promotion ne pourra jamais le satisfaire.

Il vise les cimes.

L’excellence unique

La perfection fantasmatique qu’il nomme le divin.

Cette divinité-là se conquiert au prix de la négation, de l’écrasement, de la suppression – symbolique ou réelle – d’autrui.



Ignominie du processus mimétique.

Sa finalité est apocalyptique.

Il se nourrit de mises à mort rituelles.

Ce n’est qu’une recension paranoïaque de boucs émissaires.

Puisqu’on ne saurait atteindre au divin escompté, on élimine l’élément abhorré, supposé seul responsable de tous les maux.

Intronisation.

Consécration mégalomane.

Retour à la page d'accueil : ici