O14932
L’Herne : "Cioran"



O14932 L’Herne : "Cioran"

"Cioran"

L’Herne

2009



Non fanatique d’Hitler.

Mais fanatique de ce fanatisme par lequel Hitler réussissait à susciter une participation symbolique à la destinée historique de la nation.


Eloge public délirant de Corneliu Codreanu

Le Capitaine de la Garde de Fer fasciste assassiné en 1938 par le roi Carol.

Le compare à Jésus.

Faisant de lui un saint, sans prendre en compte le caractère bestial du personnage.

Il n’avait retenu de lui que sa frénésie nationaliste.

Psychopathie.



Mystique de Hitler, au service d’une volonté de réalisation absolue dans l’histoire.

Dans les dictatures de l’Europe actuelle, cette tension est nécessaire pour devenir une puissance.



Les hommes ne méritent pas d’être libres.



Nihilisme intégral.



A Noïca, qui vient de passer six ans dans les prisons roumaines :

Qu’as-tu contre Ceausescu ? Je ne te comprends pas.



LE PROBLEME JUIF DANS L’ŒUVRE DE CIORAN



Aversion pour les étrangers.

Pendant mille ans, nous avons vécu sous leur joug.

C’est un manque d’instinct national que de ne pas les haïr et de ne pas les éliminer.



Le trait dominant du nationalisme est devenu l’antisémitisme.

Mais les Juifs ne sont, en aucun cas, la cause de notre misère.



L’étroitesse de vue du nationalisme roumain vient de ce qu’il dérive de l’antisémitisme.



Aucun peuple n’a davantage tiré profit de Dieu que le peuple juif.



Le Juif n’est pas mon semblable, mais une espèce différente.

Il n’est pas notre prochain.


Humainement, nous ne pouvons pas leur être proches.

Parce que le Juif est d’abord juif, et homme ensuite.



Ils peuvent pervertir le rythme de vie du peuple dans lequel ils s’infiltrent.



Il déteste leur vitalité, leur indestructibilité.



Le grand mérite des Juifs :

Avoir clamé tout au long du siècle dernier l’importance des problèmes sociaux.


Ils ont introduit dans le socialisme l’idée matérialiste.



Ils ont projeté dans le communisme tous les éléments qui peuvent justifier et faciliter leur errance dans le monde.



La faute la plus grave des Juifs : Leur attitude face au problème qui l’obsédait : celui de la nation.

Ils s’opposent à tout mouvement national.

C’est pourquoi ils deviennent inévitablement des traîtres.



Si nous donnions aux Juifs une liberté absolue, je suis persuadé qu’en moins d’un an ils changeraient jusqu’au nom du pays.



Seuls les Juifs ont réussi à nous dominer.



Combattre les Juifs est un symptôme de bonne santé.



Le problème juif est absolument insoluble.

Il demeure une malédiction de l’histoire.



Les Juifs sont uniques en tout.

Ils n’ont pas leur pareille au monde, ployant sous une malédiction dont Dieu seul est responsable.

Si j’étais juif, je me suiciderais sur l’heure.



Norman Manea

Il n’arrête pas de parler de la supériorité juive.

Alors que les lois anti-juives se fondaient sur la présomption d’infériorité de la race juive.



Sa mère

On ne peut pas savoir si tu es pour ou contre les Juifs.



Le Juif est l’étranger en soi.

L’humanité se divise en deux catégories : Les Juifs et les non-Juifs.



Personne n’aime les Juifs.

Mais quelle idée de vouloir se faire aimer !

Ils s’y astreignent, sans y parvenir.

Retour à la page d'accueil : ici