O14926
Cioran : "Aveux et anathèmes"



O14926 Cioran : "Aveux et anathemes"

"Aveux et anathèmes"

Cioran

Gallimard

1987



Un mystique musulman

Dieu n’a rien créé qui lui soit plus odieux que ce monde.

Et du jour où il l’a créé, il ne l’a plus regardé, tant il le hait.



La critique est un contresens.

Il faut lire, non pour comprendre autrui mais pour se comprendre soi-même.



Aimer son prochain est chose inconcevable.

Est-ce qu’on demande à un virus d’aimer un autre virus ?



Mon faible pour Talleyrand.

Quand on a pratiqué le cynisme en paroles seulement, on est plein d’admiration pour quelqu’un qui l’a traduit magistralement en actes.



Dans le Talmud, une affirmation stupéfiante :

Plus il y a d’hommes, plus il y a d’images du divin dans la nature.



Dieu ne parle que de lui-même.



La grande, la seule originalité de l’amour est de rendre le bonheur indistinct du malheur.



Je n’acceptais pas de vivre à la remorque de Dieu.



Il arrive un moment où on n’imite plus que soi.



Après tout, je n’ai pas perdu mon temps, moi aussi je me suis trémoussé comme un chacun, dans cet univers aberrant.

Retour à la page d'accueil : ici