O14894
Christine de Suède : "Mémoires"



O14894 Christine de Suede : "Memoires"

"Mémoires"

Christine de Suède

Timothée Dehay

1830



Ma naissance, grand quiproquo

Mon père me fait couronner à ma naissance



Guerre de Trente ans

Mon enfance



Je suis proclamée reine sur le champ de bataille



Mon éducation virile



Ma singulière idée sur les reines



Fuite de la reine mère en Danemark



Mon éloignement du mariage



Mon attachement pour Ebba Sparre, ma fille d’honneur.

Je m’oppose à son mariage



Hugo Grotius



Mon engouement pour la France



Lettre de Mazarin



Je fais élire Jean Casimir



Mon penchant pour le comte Magnus de la Guardie

Je l’envoie en ambassade à Paris

Il est son amant.

Elle en fait le grand trésorier de la Suède/



En Suède, on appelle les reines rois…



Scudéry

Cléobule.

Il relève, par ce moyen, sa pacotille littéraire.

Décrivant, dans le détail, mes relations avec La Guardie.



Epicuréisme



Scudéry



L’ordre contre le mariage



Je veux abdiquer



Bourdelot

Mon Aristippe.

Maître en l’art de vivre.

Il prouve que la supposition d’un dieu est la plus biscornue des absurdités.

Erudit.

Paradoxes.

Citations.

Désordres de l’univers.

Seul un aveugle hasard avait pu entasser des choses aussi indigestes.



Un amant

Pimentelli

Il flatte mes opinions.



Je me ferai catholique par athéisme



Liste des rois prétendant à ma main



Charles-Gustave

Sa tendre flamme

Je le désigne comme successeur



Ma violente allocution à la noblesse



Mon couronnement



Mon enivrement



Ma lettre à Louis XIV



Je veux abdiquer

Le sénat refuse



Ma correspondance avec Descartes



Lettres de Scarron



Le Juif Ben Manasseh



Mon indifférence en matière de religion


Mes dissipations à Bruxelles



Lettre d’Alexandre VII, pape



Le doge me refuse l’entrée de Venise



Manassé ben Israël

Poème sur mon couronnement.

Jeu de mots sur l’arc et la plume, en hébreu.

Emblèmes de ma divinité.

Mes victoires en Allemagne.

Mon acquisition du savoir.

Homme, j’aurais été le Messie de cet excellent Israélite.

Je lui permis de me dédier un grand ouvrage : CONSILIADOR.

Je déguisai mes libéralités sous un ingénieux prétexte

Je le chargeai de me faire un choix des meilleurs ouvrages hébreux pour ma bibliothèque.

En le payant avec munificence royale.

Il y eut moyen de le tirer d’une situation peu aisée.

Retour à la page d'accueil : ici