O14864
Jacques Izoard : "Andrée Chedid"



O14864 Jacques Izoard : "Andree Chedid"

"Andrée Chedid"

Jacques Izoard

Seghers

2004



Georges Schéhadé

Celui qui rêve se mêle à l’air...



La poésie – par des voies inégales et feutrées –
Nous mène vers la pointe du jour,
Au pays de la première fois.



C’est ici qu’il nous faut tout reprendre.
Mais aux mots de chaque jour nos langues se sont usées.



J’ai mis le grain d’encens sur l’enclume
Pour écouter la voix du puits.



O toi qui me conteras mon histoire.



Le Grenadier

Le bruit de ses feuilles est doux comme un flux de miel.



A quoi servent les mots
Face à celui qui meurt !



Fini, fini !
Dit la fourmi.
Au diable, la parcimonie.



La poésie ne se réduit ni au poème, ni au poète.



Ce corps

Ce corps que tu habites
Ces jours qui t’ont bâti
Cette vie qui t’a conduit
Ces peines qui t’ont mûri



Poursuites

Rassurée et sereine
Sous les feuillages
Etendue
La femme de tous les temps
Découvre ce lieu paisible
Où le rêve peut éclore
Et l’amour advenir.

J’ai beau le poursuivre
Je ne l’atteindrai jamais
Ce Poème des poèmes
Masqué par l’indicible.

Je demeure en chemin
Au présent A jamais
Heureuse de ce parcours
Invincible.

Retour à la page d'accueil : ici