O14840
Nathan Wachtel : "La vision des vaincus, devant la conquête espagnole du Pérou"



O14840 Nathan Wachtel : "La vision des vaincus, devant la conquete espagnole du Perou"

"La vision des vaincus, devant la conquête espagnole du Pérou"

Nathan Wachtel

Gallimard

1971


Les Indiens du Pérou devant la conquête espagnole

1530-1570



Prodiges et prophéties



Dieux ou hommes ?



La violence



La mort des dieux



Deuil et folie



Atahuallpa



Tecum Uman



Moctezuma



Les structures de l’Etat inca



La vision du monde des Incas



L’extirpation de l’idolâtrie

Les Espagnols justifiaient leur domination par le fait qu’ils apportaient aux Indiens la vraie foi.

Les cultes indigènes ?

L’œuvre du démon.

Il fallait donc les détruire.

Toutes les institutions de l’Etat inca trouvaient leur sens dans ces cultes.

Extirpation ?

C’était la destruction de l’univers inca.



Le culte de l’Inca disparaît avec la mort d’ Atahuallpa.



Garcilaso de la Vega

Fils du conquérant Garcilaso de la Vega.

Et de la princesse Chimpu Oello.

Il appartient aux deux noblesses, espagnole et inca.

C’est un métis.

Humilié comme tel.

Mais il assume sa condition avec fierté.

Il va même jusqu’à se proclamer "Indien jusqu’au bout des ongles".

Cependant, il quitte à vingt ans son pays natal pour ne plus y revenir.

Il incarne le déchirement de la société coloniale.

Toute son œuvre, inspirée par la philosophie néoplatonicienne de Léon l’Hébreu, est marquée par la recherche de l’unité.

Les "Comentarios reales" peuvent être définis comme une réinterprétation de l’histoire inca à la lumière des idées humanistes du 16 ème siècle européen.

Essai de syncrétisme éclectique.

Fusion de l’univers indien et de l’univers espagnol.

Garcilaso de la Vega assimile Cuzco à une nouvelle Rome.

Trois âges dans l’histoire du Pérou :

1)

Vie sauvage et inculte

Adorant de grossières idoles, et même des animaux.

2)

Œuvre civilisatrice des Incas

Des gentils, comme les Romains.

Et non des barbares.

Les Incas enseignent aux hommes les arts, l’agriculture, la construction des routes, des temples et des palais.

Ils leur révélèrent les principes moraux et l’existence d’un seul dieu, le soleil.

Un monothéisme qui devait favoriser la révélation de la vraie foi.

3)

Age commencé avec l’arrivée des Espagnols.

Elle achève l’œuvre des Incas.

Leur empire unifie le monde andin.

Comme l’avait fait l’Empire romain pour le monde méditerranéen.

Il préparait l’avènement du christianisme.

Certes, la conquête spirituelle n’a pas justifié la conquête militaire.

Les guerres civiles, les malheurs que subissent les Indiens, contredisent la vision harmonieuse de Garcilaso de la Vega.

La philosophie stoïcienne, elle aussi vivante dans l’Espagne du 16 ème siècle, lui offre un réconfort désabusé.

Une vision originale :

L’histoire du Pérou se déroule comme une ample et fatale tragédie.

Une utopie tournée vers le passé.

En tout cas, le refus d’un Pérou colonial.



Saint Augustin

L’Empire romain trouve sa justification dans le fait d’avoir réalisé l’unité du monde antique,

Et préparé les barbares à la diffusion du christianisme.

Retour à la page d'accueil : ici