O14833
René Char : "Dans l’atelier du poète"



O14833 Rene Char : "Dans l’atelier du poete"

"Dans l’atelier du poète"

René Char

Gallimard

1996



Il faut être l’homme de la pluie et l’enfant du beau temps.



William Blake

Ne comprends-tu pas que le moindre oiseau qui fend l’air
Est un immense monde de délices fermé par tes cinq sens ?



Breton

Les gens sont trop courageux
Les uns sous les lits les autres dans les armoires
Et ceux qui ont une bougie à la place de cervelle
Ne déplaisent pas à celles au cœur de chiffon.



Paul Eluard

Mais pour qui parles-tu puisque tu ne sais pas
Puisque tu ne veux pas savoir
Puisque tu ne sais plus
Par respect
Ce que parler veut dire.



Résistance n’est qu’espérance
Telle la lune d’Hypnos.



N’étant jamais modelé, l’homme est receleur de son contraire.


Le poète mêle le manque et l’excès, le but et le passé.




D’où l’*insolvabilité* de son poème.




Il est *maudit*, c’est-à-dire qu’il assume de perpétuels et renaissants périls, dans la mesure où il se refuse, les yeux ouverts, ce que d’autres acceptent les yeux fermés : le "profit d’être poète".



Il ne saurait exister de poète sans appréhension, pas plus qu’il n’existe de poème sans provocation.

Retour à la page d'accueil : ici