O14824
Maximes et pensées : "Chamfort"



O14824 Maximes et pensees : "Chamfort"

"Chamfort"

Maximes et pensées

Editions André Silvaire

1960



L'homme me paraît plus corrompu par sa raison que par ses passions.



La meilleure philosophie ;

Allier le sarcasme de la gaieté avec l'indulgence du mépris.



La pensée console de tout.



Il y a des sottises bien habillées, comme il y a des sots très bien vêtus.



Notre raison nous rend quelquefois aussi malheureux que nos passions.
Malade empoisonné par son médecin.



Dans les grandes choses, les hommes se montrent comme il leur convient de se montrer ;
Dans les petites, ils se montrent comme ils sont.



Etre l'homme de son cœur, de ses principe, de ses sentiments.
C'est ce que j'ai vu de plus rare.



Les trois quarts des folies ne sont que des sottises.



L'opinion est la reine du monde, parce que la sottise est la reine des sots.



L'importance sans mérite obtient des égards sans estime.



Les hommes deviennent petits en se rassemblant.



Toutes les passions sont exagératrices, et elles ne sont des passions que parce qu'elles exagèrent.



Le philosophe qui veut éteindre ses passions ressemble au chimiste qui voudrait éteindre son feu.



Les hommes, subjugués par la coutume.



Le public ne peut guère s'élever qu'à des idées basses.



Il y a à parier que toute idée publique, toute convention reçue est une sottise ;
Car elle a convenu au plus grand nombre.



L'estime vaut mieux que la célébrité.



Dans le sage, il y a plus de folie que de sagesse.



On est heureux ou malheureux par une foule de choses qui ne paraissent pas.



Préjugé, vanité, calcul ; voilà ce qui gouverne le monde.



Les besoins de l'amour-propre sont les plus tyranniques, et il faut les combattre.



Les gens du monde ne sont pas plutôt attroupés qu'ils se croient en société.



On est plus heureux dans la solitude que dans le monde.



Quiconque n'a pas de caractère n'est pas un homme ; c'est une chose.



Savoir dire non.
Savoir vivre seul.

Pour conserver sa liberté et son caractère.



Les partis violents conviennent aux âmes fortes.



C'est par amour-propre que l'amour nous séduit.



Passion violente ?

Ils sont l'un à l'autre, de par la nature.



La femme donne ce que l'on croit recevoir.

C'est l'imagination qui fait le prix de ce qu'on reçoit.



Un mari n'est qu'une espèce de manœuvre qui tracasse le corps de sa femme.
Il ébauche son esprit et dégrossit son âme.



Le divorce est si naturel que, dans plusieurs maisons, il couche toutes les nuits, entre deux époux.



L'amant trop aimé de sa maîtresse semble l'aimer moins.



En amour, tout est vrai, tout est chose.



On n'est pas tout à fait la dupe d'une femme tant qu'elle n'est point la sienne.



La plupart des livres d'à présent ont l'air d'avoir été faits en un jour avec des livres lus de la veille.



Succès de quantité d'ouvrages :

Rapport entre la médiocrité des idées de l'auteur et médiocrité des idées du public.



Socrate, sans avoir donné un seul ouvrage, le premier philosophe de son siècle.



Les succès produisent les succès.



Le talent n'est presque jamais récompensé par la société.

Heureux s'il n'est pas puni.



La plupart des despotes, ignorants et imbéciles.



Noblesse descendant d'hommes casqués.



En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu, et on persécute ceux qui sonnent le tocsin.



Le public est gouverné comme il raisonne.

Le droit des ministres est de faire des bêtises.



La plupart des institutions sociales paraissent avoir pour objet de maintenir l'homme dans une médiocrité d'idées et de sentiments qui le rendent plus propre à gouverner ou à être gouverné.



Les pauvres sont les nègres de l'Europe.



Pas un chaos, un désordre paisible.

Retour à la page d'accueil : ici