O14806
Lilyan Kesteloot : "Aimé Césaire"



O14806 Lilyan Kesteloot : "Aime Cesaire"

"Aimé Césaire"

Lilyan Kesteloot

Seghers

1979



"Les Antilles, cul de sac innommable de la faim, de la misère et de l'oppression."



Né en 1913.



Des dizaines de rats.



"J'étouffais littéralement parmi les Noirs qui se sentaient blancs."



"J'ai quitté la Martinique avec volupté."



Il préfère les protestants aux catholiques, car "les Saint-Barthélemy se font contre eux.



Il veut quitter la Martinique, parce qu'elle exclut toute grandeur, et lui interdit d'atteindre sa stature d'homme.



"Quand j'ai connu, Senghor, je me suis dit africain."




"Ne vous gênez pas, j'étais absent du baptême du Christ."



"On m'accuse d'avoir ri de Noé, mon père nu, mon père ivre."



L'Antillais, <>



L'Europe l'a asservi.

L'a persuadé qu'il n'a jamais été, ni ne pourrait devenir autre chose.



Faune des nègres-clowns, à claquette ou à trompette.

Domestiques.

Tirailleurs.

Maquereaux.

Enfin, toute l'échelle des emplois serviles.



Damas

Rendez-les moi mes poupées noires que je joue avec elles les jeux naïfs de mon instinct...

Tout en moi n'aspire qu'à être nègre comme mon Afrique qu'ils ont cambriolée.



La négritude est l'entreprise de la désaliénation de toute une race.

Colonnes sur lesquelles s'édifiera la décolonisation de l'Afrique.



L'Europe a d'autres chats à fouetter que d'écouter des petits nègres mécontents, qu'elle a été bien bonne d'accepter à Normale Supérieure !



Alioune Diop

Somme de la révolte nègre contre l'histoire européenne.



"Accommodez-vous de moi. Je ne m'accommode pas de vous !"



"Il n'y a pas dans le monde un pauvre type lynché, un pauvre homme torturé, en qui je ne sois assassiné et humilié".



Césaire

Je suis d'avant Adam.

Je ne relève ni du même lion ni du même arbre.



Il ne propose pas le surréalisme comme une idéologie, mais comme un instrument efficace de désaliénation de l'esprit.



Souvenir obsédant, mal oublié, de la traite.

Un enfer de trois siècles.

Cause de l'asthénie actuelle de son peuple.



Et on nous vendait comme des bêtes, on nous comptait les dents, et on nous tâtait les bourses.

Collier de la servitude et du sobriquet.



J'ai attendu en san-benito l'heure de l'auto-da-fé

Et j'ai bu l'urine, piétiné, trahi, vendu,

Et j'ai mangé des excréments.



Une race que l'Europe a asservie et moralement châtrée de son sexe où pend le fruit fragile de la liberté.



Membre du parti communiste.

Il le quitte.



Il se bute à l'esprit martiniquais, petit-bourgeois, qui l'entrave.

Son effort semble inutile.

Situation socialement pathologique dont son peuple est victime.



Il élimine, en 1959, de sa négritude, la rancune et la violence de jadis.



Son succès vient de l'agressivité de ses premières œuvres.


Littérature de combat, révolutionnaire, nationale : la littérature négro-africaine.



Hélé helélé le Roi est un grand roi
Que sa majesté daigne regarder dans mon anus pour voir s'il ne contient pas des diamants.



--- Avez-vous ce qu'on appelle une politique ?

--- Pour rendre traitable le Sauvage, il n'est que deux pratiques :

Le banquier

--- Eh bien ?

--- Que veulent-ils ? des postes, des titres,
Présidents, députés, sénateurs, ministres !...

Le matabich enfin !

Bon, autos, compte en banque,
Villas, gros traitement.

Qu'on les gave !

Résultat : leur cœur s'attendrit, leur humeur devient suave.

Nous savons nouer les nœuds de la complicité.



Caliban en révolte permanente, Prospero de plus en plus aliéné dans un geste permanent de répression.



Il faut convaincre les Antillais eux-mêmes...



Daniel Guérin

Unité dans la misère.



Teitgen

L'égalité des droits, des salaires, en Outre-Mer, signifierait une baisse des revenus des Français de l'ordre de 30 %.

Il ne saurait donc en être question...

Retour à la page d'accueil : ici