O14791
Ovide : "Les amours. L’art d’aimer"



O14791 Ovide : "Les amours. L’art d’aimer"

"Les amours. L’art d’aimer"

Ovide

Garnier



Que je voudrais déchausser celle que j'aime !



Une robe homicide, irrésistible…

Elle était ouverte, et elle laissait voir…

J'en vis trop pour être sage,
Et trop peu pour être heureux.



Une femme a toujours une vengeance prête…



Quiconque à Rome, était exilé par la volonté du maître, devenait aussitôt l'ennemi du genre humain.

Il était un esclave, et vous pouviez lui attribuer toutes les malédictions que profère en son discours C. Cassius, dans les ANNALES de Tacite.



Epigramme sur ses Amours

Nous qui étions naguère au nombre de cinq livres, nous sommes trois maintenant :

Ovide, notre père, l'a préféré ainsi.

Si vous n'éprouvez aucun plaisir à nous lire, le retranchement de deux livres ne peut qu'alléger d'autant votre ennui.



Je n'aime point cent femmes à la fois ; je ne suis point inconstant en amour.

Toi seule, tu peux m'en croire, tutu seras toujours chérie de moi.



A Corinne

Il nie avoir jamais eu aucun commerce avec Cypassis.

A Cypassis

Il lui demande comment il se fait que Corinne a pu pénétrer le secret de leurs amours.



On peut bien aimer deux beautés à la fois.



Les dieux ont des yeux comme nous, comme nous les dieux ont un cœur.

Moi-même, si j'étais un dieu, je ne m'offenserais pas qu'une femme trompât ma divinité par un mensonge.

Je ne passerais point pour un dieu farouche.



Il regrette que ses écrits aient trop fait connaître sa belle.



Trompe le public, trompe-moi :
Mais souffre au moins que je l'ignore, et laisse-moi jouir de ma sotte crédulité.



L'homme sait mal déguiser, et la femme dissimule mieux ses désirs.

Si les hommes s'entendaient pour ne plus faire les premières avances, bientôt nous verrions à nos pieds les femmes vaincues et suppliantes.

Dans les molles prairies, la génisse rugit d'amour pour le taureau : la cavale hennit à l'approche de l'étalon.



Cette violence plaît aux belles ;

Ce qu'elles aiment à donner, elle veulent encore qu'on le leur ravisse.

Toute femme, prise de force dans l'emportement de la passion, se réjouit de ce larcin.

Retour à la page d'accueil : ici