O14721
Cornelius Castoriadis : "Pensée politique, la rupture grecque"



O14721 Cornelius Castoriadis : "Pensee politique, la rupture grecque"

"Pensée politique, la rupture grecque"

Cornelius Castoriadis

Le Monde

24-01-04



Il n'y a pas eu jusqu'ici de pensée politique véritable.



Xénophane

Si les chevaux avaient des dieux, ils seraient chevalins.



Si on enlève aux dieux, à Dieu, ou à quoi que ce soit les ATTRIBUTS canins, chevalins, humains -- perses, grecs, éthiopiens… -- qu'est-ce qui reste ?



Et reste-t-il quelque chose ?



La Grèce est d'abord, et avant tout, une culture tragique.



Ce qui fait la Grèce, c'est la question du non-sens et du non-être.



La consolation judéo-chrétienne.



Anaximandre

Le simple fait d'exister est ONDIKIA, injustice, démesure, violence.



Atossa demande à être instruite sur Athènes.



Le chœur unanime :

Ils ne sont esclaves ni sujets d'aucun homme.



D'où un programme politique pour l'humanité entière.

Retour à la page d'accueil : ici