O14687
André Maurois : "René, ou la vie de Chateaubriand"



O14687 Andre Maurois : "Rene, ou la vie de Chateaubriand"

"René, ou la vie de Chateaubriand"

André Maurois

Grasset

1956



A propos de Chamfort

Je me suis toujours étonné qu’un homme qui avait tant de connaissances des hommes eût pu épouser si chaudement une cause quelconque.

Ignorait-il que tous les gouvernements se ressemblent ?



Il mettait de l’âme à tout.



Une épouse

Pieuse, vertueuse, fine.

Mais point de poésie, faute de quoi il ne pouvait respirer.



J’étais plein de religion et je raisonnais en impie.



Il fréquente une jeune fille

Sa mère lui propose le mariage.

--- Arrêtez, je suis marié !



Je ne me suis jamais soucié de rien, excepté les songes.



A une femme

Je serai à tes pieds, je te presserai contre mon cœur.

Ma maîtresse adorée.

Je baise tes pieds et tes cheveux.



Mépris et indifférence que lui inspiraient ses collègues.

Sa suffisance irrite.

Les ministres ne lui pardonnent pas son génie.



Ministre

Limogé.

Comme un valet.

Comme si j’avais volé la montre du roi.

Il ne revient jamais au pouvoir.



Aux ministres, je pardonne comme chrétien

Mais je ne leur pardonnerai jamais comme homme.



La mort, que j’ai toujours singulièrement aimée…



Du temps de l’Empereur, la France avait de l’honneur à revendre.



Il n’écrit plus que pour lui.

Retour à la page d'accueil : ici