O14634
Michel Desfontaines : "Eléments d’histoire concernant les débuts du christianisme"



O14634 Michel Desfontaines : "Elements d’histoire concernant les debuts du christianisme"

"Eléments d’histoire concernant les débuts du christianisme"

Michel Desfontaines

AFC

2002



Livre IV



Hébreux

Cananéens

Nazaréens

Mandéens

Gnostiques

Néoplatoniciens



HEBREUX

CANANEENS



Les Hébreux de Haran participaient, semble-t-il, à la religion de n’ancienne Mésopotamie, pour laquelle les divinités étaient essentiellement négatives.



Ils sont mal vus, comme alliés des Hyksos.



Les Hyksos, maîtres de l’Egypte.

1720-1550.



Panthéon cananéen

Baal, orage, calamités

Chérubs

El, dieu suprême, mais caché

Asherat, grande déesse mère

Elat, protectrice, guérisseuse

Anat, fidélité, amour

Anges-fils

Elim, envoyés de El, porteurs de mort



GNOSTIQUES



Evangile de Thomas.



Naassènes.

De nahach.



Nazaréens.



Cananéens

Epopée mythique de Keret



Jean-Baptiste

Sabéens

Mandéens



JESUS



LE LOGOS



Paul de Tarse, fondateur réel de la secte chrétienne



Pensée gnostique



Le Plérôme


Simon le Magicien



Basilide



Valentin



Clément d’Alexandrie

Défenseur d’un gnosticisme chrétien.



Premiers Pères de l’Eglise



Tertullien

Origène



NEOPLATONICIENS



Unité divine


Platon

Théorie des idées

Essences immuables et immatérielles

Les idées sont des archétypes de la réalité



Néoplatoniciens

3 ème et 4 ème siècle de l’ère chrétienne



Reconnaissance d’un Principe totalement ineffable, comme source d’une pro-cession universelle.

Celui-ci est symboliquement appelé l’Un.

Ou, comme le dénommait Platon, le Bien.

De là découle un genre de coïncidence mystique entre le penseur humain et ce centre universel de principe.

La méthode consiste en une dialectique, qui doit permettre d’atteindre "la racine éternelle de l’âme".

De la sorte, la philosophie se positionne comme une "conscience méthodique de la religion".

Et ceci concerne surtout la religion chrétienne en formation.



Parmi les thèmes platoniciens qui ont servi de base à cette perspective de raisonnement

Livre le Parménide, écrit par Platon.

Plotin le résume dans son Ennéade.



Damascius

Cinq hypothèses ou affirmations.

L’Un pur

Il est.

Il n’est fait de rien.

L’Un, en tant qu’infiniment multiple.

Réunion entre unité et multiplicité.

Il est, et il n’est pas, à la fois.

Multiple unifié, dans une perspective pragmatique.

Le Un pur, ou le rien.

Le monde intelligible, et le tout.

L’âme, considérée comme le rien et le tout.

Qui est aussi ni rien, ni tout, dans une perspective empirique.

Le multiple pur donne accès à la compréhension de la matière.

Elle retire toute possibilité de détermination.



Plotin

Né en Egypte, en 205, à Lycopolis (Assiout).

D’origine romaine.

S’attache, à 28 ans, à la philosophie de Platon.

Sur la base de l’enseignement alexandrin de Ammonios.

Au service impérial : Gordien III, dans sa guerre contre les Perses.

Rapports intenses avec les mouvements gnostiques, chrétiens en partie.

N’adhère pas au christianisme. Mais ne le combat pas non plus.

247

Il s’installe à Rome, protégé par l’empereur Gallien, qui voulut en faire un philosophe officiel.

Enseignement en grec.

Il aimait partir d’une question posée par un élève.



Porphyre

15 ouvrages contre le christianisme.

Il l’accuse de plagier Platon, de copier le principe trinitaire de Plotin, et de s’annexer la tradition judaïque.

Retour à la page d'accueil : ici