O14626
Germana Ernst : "Thommaso Campanella, le livre et le corps de la nature"



O14626 Germana Ernst : "Thommaso Campanella, le livre et le corps de la nature"

"Thommaso Campanella, le livre et le corps de la nature"

Germana Ernst

Les Belles Lettres

2007



Lettre à Paul V

1606

Je sais que bien des gens me gloseront,
Me blâmeront, traquant la moindre expression
Et le moindre accent, et que, sans l’esprit de Dieu,
Ils me jugeront à leur façon.



Et ils veulent me combattre
Avec des sbires, des cachots, des fers et des cordes,
Des tortures et des bourreaux, l’obscurité et la faim,
Des armes dont je ne dispose pas contre eux ;
Mais ils refusent de me combattre avec la raison.



Le monde est le livre où l’intelligence éternelle
Ecrivit ses propres concepts, et le temps vivant
Qu’elle orna de bas en haut de statues vivantes
En y peignant ses gestes et son propre exemple.



Je siège en un cerveau de la taille d’un poing, et je dévore
Tellement que tous les livres du monde
N’ont pas rassasié mon appétit vorace :
Comme j’ai mangé ! et encore de faim je meurs.



Il est impliqué dans des conflits juridiques compliqués entre ecclésiastiques et officiers royaux.



Dénonciation.



Procès.



Hérésie.



Rébellion.



Prophétie.


Folie.



Qui se sent digne de servir
Persécute celui qui paraît digne de commander.
Le martyre est signe d’une vertu royale.
Les martyrs, même morts, règnent avec le temps ;
Tu vois les tyrans et leurs lois périr.
Et Pierre e t Paul régner aujourd’hui à Rome.



Aphorismes.



Dans l’antre de Polyphème.



L’unité chrétienne.



La réforme du savoir et la composition de l’encyclopédie.



La liberté et ses déceptions.

Politiques

Courtisans

Destin du prophète



Horoscope d’Urbain VIII

Années parisiennes.

Retour à la page d'accueil : ici