O14498
Morceaux choisis : "Tristan Tzara"



O14498 Morceaux choisis : "Tristan Tzara"

"Tristan Tzara"

Morceaux choisis

Bordas

1947



JEAN CASSOU

PREFACE



Dada, exaspération de l'esprit.



Tristan Tzara a inventé Dada en 1916, dans un coin de Suisse.

Fureur agressive.



Ce que sa poésie accomplit : la réduction de la vie à ses éléments.



Forces élémentaires, violences, directions, oppositions.



On parle au lecteur une langue, non un langage.

Machine tumultueuse.

Elle provoque un émoi profond.



MORCEAUX CHOISIS



LA PREMIERE AVENTURE CELESTE DE MONSIEUR ANTIPYRINE



Si l'on peut demander à une vieille dame
L'adresse d'un bordel



Oiseau qui chantes sur la bosse du chameau



Dans le cimetière israélite les tombeaux montent comme des serpents



Nous sommes devenus des réverbères



LA DEUXIEME AVENTURE CELESTE DE MONSIEUR ANTIPYRINE



Eh bien mon œil porte aussi des moustaches



Procession de gendarmes en bouteilles
Parapluies et parasols



VINGT-CINQ POEMES



Verre traverser paisible

Un œil ridé bleu dans un verre clair
Je t'aime je t'aime



Gare

Je pars ce soir
L'étincelle pleure
Dans mon lit à l'usine
Hurlent les chiens et les jaguars



CINEMA CALENDRIER DU CŒUR ABSTRAIT



Cinéma calendrier du cœur abstrait

Les couleurs sont des chiffres qu'on tue et qui sautent
Carrousel
Comme tout le monde



MAISONS



La queue du diable est une bicyclette

L'heure a sonné dans ta bouche



SEPT MANIFESTES DADA
1916-1920



Manifeste Dada 1918

Ainsi naquit DADA d'un besoin d'indépendance, de méfiance envers la communauté.

Ceux qui appartiennent à nous gardent leur liberté.

Nous ne reconnaissons aucune théorie.

Fait-on l'art pour gagner de l'argent et caresser les gentils bourgeois ?

Nous saignons et brûlons la soif, notre sang est vigueur.

Le peintre nouveau crée un monde.

Idéal, idéal, idéal,
Connaissance, connaissance, connaissance
Boumboum, boumboum, boumboum

Je hais l'objectivité grasse et l'harmonie, cette science qui trouve tout en ordre.



La spontanéité dadaïste

Eternité, toute action est vaine.

Nous avons bousculé le penchant pleurnichard en nous.
Toute filtration de cette nature est diarrhée confite.

Encourager cet art veut dire la digérer.

Il nous faut des œuvres fortes, droites, précises et à jamais incomprises.

La logique est une complication.

La logique est toujours fausse.

Marié à la logique, l'art vivrait dans l'inceste, engloutissant, avalant sa propre queue toujours son corps, se forniquant en lui-même.

La souplesse, l'enthousiasme et même la joie de l'injustice, cette petite vérité que nous pratiquons innocents et qui nous rend beaux.

Que chaque homme crie : il y a un grand travail destructif, négatif à accomplir.
Balayer, nettoyer.

La propreté de l'individu s'affirme après l'état de folie, de folie agressive.

Sans but ni dessein ni organisation.
La folie indomptable, la décomposition.

La morale a déterminé la charité et la pitié, deux boules de suif qui ont poussé comme des éléphants, des planètes, et qu'on nomme bonnes.
Elles n'ont rien de la bonté.



Dégoût dadaïste

Tout produit du dégoût susceptible de devenir une négation de la famille, est DADA.



Dada, manifeste sur l'amour faible et l'amour amer

Il y a des gens qui expliquent parce qu'il y en a d'autres qui apprennent.
Supprimez-les, il ne reste que dada.

Prétentions

Ambitions

Orgueil

Retour à la page d'accueil : ici