O14479
Marina Tsvetaeva : "Vivre dans le feu"



O14479 Marina Tsvetaeva : "Vivre dans le feu"

"Vivre dans le feu"

Marina Tsvetaeva

Robert Laffont

2005



CONFESSIONS



TZVETAN TODOROV



1892-1941.



1941

Invasion allemande.

Privée de toute possibilité de vivre.

Elle se suicide.

Son fils revient à la maison, et la trouve pendue.



Son mari combat les Rouges avec les Blancs.

Puis, il devient agent secret soviétique.

Impliqué dans l’assassinat, par le NKVD, d’un "traître".



Je ne suis pas un philosophe.

Je suis un poète qui sait aussi penser.



Elle pense à la légendaire salamandre, qui sait résister aux flammes.

Et y voit une image d’elle-même.



Le phénix

Je ne chante que dans le feu.



Fascinée par les personnages qui périssent par les flammes

Jeanne d’Arc

Savonarole

Giordano Bruno



Refus de l’ordre existant.



Passion qui passe outre.



Les révolutionnaires commettent une erreur

La révolte intérieure du poète n’est pas une révolte extérieure.



Soviétie

L’homme n’est plus son propre maître.

Il doit se tourner vers l’Etat devenu le seul employeur du pays.

Les poètes doivent le servir.



L’opposition et la libre parole réprimés

Une censure bien pire que celle des tsars.



Mais...

Le communisme, en chassant la vie vers l’intérieur, a donné une issue à l’âme.



Ni Rouges ni Blanc ne l’entendent

Ils ne connaissent que le pour et le contre, un point de vue qui englobe les deux ne doit pas exister.



Deux adversaires symétriques

Ceux qui méprisent l’art pour défendre les valeurs de la société.

Ceux qui vouent un culte à l’art, sans se préoccuper du monde qui les entoure.



Elle se dit :

Ni nôtre ni vôtre.



N’éprouve pas la haine politique.



Rilke

Mais il est malade.

Pasternak

Mais il est apeuré.



Beaucoup d’amours pour de jeunes artistes inconnus.



Elle préfère l’échec à la réussite.

Une passion pour l’amour malheureux, non partagé.



Elle exècre l’existence quotidienne

Ce sont les philistins repus qui se vautrent dans leur médiocrité.

Retour à la page d'accueil : ici