O14458
Seuil : "Gogol"



O14458 Seuil : "Gogol"

"Gogol"

Seuil

1994



LE REVISOR



Proverbe populaire

N’accuse pas le miroir ; c’est toi qui fais la grimace.



1809

Naissance.

Petite noblesse ukrainienne.



A l’école, trublion.



Il monte un petit théâtre dans lequel il remplit toutes les fonctions.



Sa plus chère ambition :

Entrer au service de l’Etat.



Il hésite sur les vocations

Historien

Dramaturge



Pouchkine lui raconte l’histoire vraie de l’escroc dont il va faire le héros des AMES MORTES.



Pouchkine lui fournit aussi le sujet du Révizor.



Succès.



Très affecté par la mort de Pouchkine.



Dépression



1841

Crise mystique.



Il prône une conception religieuse de l’art.



Racheter le mal qu’ont fait ses autres livres…



Scandale

On l’appelle Tartuffe.



Neurasthénique.



Tourgueniev

Il l’admire beaucoup.

Il est génial, mais aussi un peu timbré.



La sœur d’un de ses amis meurt

Il est très impressionné.

Cesse toute activité.



Le père Matthieu lit la seconde partie des AMES MORTES.

Il le menace de la damnation éternelle.

Gogol s’affole.

Il prie et jeûne sans relâche.

Nuit et jour, il fréquente les messes de carême.

Jette les AMES MORTES au feu.



Il meurt en prononçant cette parole énigmatique :

Une échelle… Vite, une échelle…



Le mois suivant, ses œuvres sont interdites d’impression.

Son nom ne doit plus paraître dans la presse.



Tourgueniev lui rend un hommage posthume

Il passe un mois en prison, avant d’être envoyé en exil dans ses terres.

Retour à la page d'accueil : ici