O14445
Frédérick Tristan : "Les succulentes paroles de maître Chu"



O14445 Frederick Tristan : "Les succulentes paroles de maitre Chu"

"Les succulentes paroles de maître Chu"

Frédérick Tristan

Fayard

2003



Apocryphe…



L'idée générale du paradoxe est la déstabilisation de l'évidence à un niveau inférieur et le dynamitage de l'intellect à un niveau supérieur.



La réalité est tout ce qui n'appartient pas au langage.



Rien ne signifie rien.

D'ailleurs, le sens est inutile.



Le sens n'ouvre sur rien qui ait un sens.



L'univers n'est ni présent ni absent.



Vous pénétrerez lorsque vous aurez réalisé qu'il n'y a pas de porte.



CELA

Cela est en suspens dans la vacuité la plus extrême.



Se reconnaître dans la totale absence de soi-même.



Face à l'idéologie, le grand chemin de l'asinité.

Braire.

Toute logique est insane. Soyez l'idiot de tout le royaume. Lâchez tout !



J'ai choisi d'être ivrogne plutôt que sage.



Une méthode radicale de déstructuration.

Son but :
Libérer l'homme de tout dogmatisme, de toute idolâtrie.



Toute école, tout enseignement, sont non seulement superflus, mais trompeurs.



La réalité est évanouissement de tous les sens.
Il n'y a rien à déchiffrer, rien à percevoir.



Le réel est tout pétri de compétitions, de ruses, de mensonges.
Par commodité, nous l'avons adopté et en sommes devenus les esclaves consentants.



Il n'y a pas de réponse, parce qu'il n'y a pas de question.



L'univers est issu de *Cela* par distraction.



Tout homme n'est que l'ombre d'une ombre.



L'homme est le ventriloque de l'univers.



L'univers est fait de notre regard. C'est pourquoi il n'est pas solide.



--- Je crois en Dieu.

--- Lequel ?

Le visiteur donna un nom.

--- Si vous pouvez le nommer, ce dieu-là est un imposteur.

Faites taire le jacassement de ce dieu en vous ! Il obstrue le silence et remplit le vide de son arrogance !



Un roi :
--- Que peut votre enseignement à mon gouvernement des affaires ?

--- Absolument rien.



Pouvez-vous comprendre qu'une mésange pèse le même poids que cent mille mésanges ?



Il y a des myriades de poissons et il y a une seule mer.

Ce qui signifie qu'il y a un seul poisson et des myriades de mers.


Quelqu'un, après l'avoir écouté :

--- J'ai rencontré un singe monté sur un éléphant.



Le chemin ne monte ni ne descend. Pourtant celui qui l'emprunte monte ou descend.



Jeter une pierre est aussi important et inutile que la ramasser.



S'éprendre d'une idée est aussi vain qu'adorer une brique.



On l'interroge.

Il dit :
--- N'êtes-vous pas stupide de vouloir approfondir des inepties pareilles ?



Franchir un pont, fait d'une épée à la lame très effilée.

A gauche ou à droite, on tombe dans l'abîme.

En restant au milieu, on est coupé en deux.

--- Comment faire pour atteindre l'autre rive ?

--- Devenir soi-même le pont de l'épée.



Le grand combat est immobile. Aucun héroïsme ne l'agite.



Rien ne peut être défini, surtout pas *Cela*, qui est l'indéfinition même. Ne cherchez surtout pas la Voie. C'est à elle de vous trouver.



Un siège. Le roi balaye devant la porte. L'armée croit à un piège, et s'en va.

--- Lorsque les illusions se précipitent, demeurons impavides. Elles s'enfuiront d'elles-mêmes.



La porte la mieux fermée est celle que l'on peut laisser ouverte.



Si vous rencontrez un dieu, tapez-lui sur le crâne avec un gros bâton jusqu'à ce qu'il disparaisse sous terre.

Toute croyance obstrue votre regard.



Oubliez votre moi.

Apprenez que vous êtes toute l'humanité et que l'humanité n'est rien du tout.

Alors vous verrez que l'éclair est immobile.



Ces gens qui se prennent pour mes disciples ne sont que leurs propres ombres.

Qu'ils se tournent le dos et ils verront leur face.

Pas de berger !

Pas de troupeau !



--- Pourquoi n'y aurait-il ni berger ni troupeau ?

--- Parce qu'il n'y a pas d'herbe !


Il n'est nul besoin de grimper sur un tabouret pour admirer la lune.



Il n'est besoin d'aucune philosophie pour approcher de la sagesse.



Toute doctrine fausse le regard autant que l'ignorance.



Il y a infiniment plus d'illusions dans l'esprit que dans le corps.



Le poisson est soluble dans l'eau.



Ruse du mental : Nous ne possédons pas d'*ego*.

Nous sommes possédés par l'idée que nous en avons un.

Parce que le héron attrape un poisson, il croit que la rivière lui appartient.



Personne n'est là, et il n'y a pas de là !



--- Tout serait-il un rêve ?

--- Un claquement dans le vent.

Appeler rêve ce que d'autres appellent réalité est aussi stupide que d'appeler illusions ce que d'autres nomment certitudes.

Les mots sont un monticule de détritus sur une place vide.



Puisqu'il n'existe ni œuf ni poule, il n'existe aucun lien de causalité.



Cessez de confondre ce qui est et ce qui existe.



L'œuf contient la poule de même que la poule contient l'œuf.



Ne vous inquiétez de rien.

Les personnages ne sont que des reflets de vous-même.



Le présent n'existe pas plus que le passé ou le futur.



Sachez qu'il n'est ni haut ni bas, ni droite ni gauche, ni tout ni rien.



Le rouge est la vie, le noir est la mort, le blanc est l'absence.



--- Pourquoi voulez-vous vraiment ouvrir ce coffre ?

--- Pour prendre la clé !

--- Et quand vous aurez la clé, que ferez-vous ?



Il n'existe ni intérieur ni extérieur.


La Voie n'a pas de nom.

Les sages l'ont nommée par artifice.

Ainsi, tout est vent.

Il faut savoir le chevaucher.

C'est le comportement naturel de la bestiole la plus humble ou du tigre le plus féroce.



--- Existe-t-il des âmes errantes ?

--- J'en connais au moins une. C'est vous !



Qui vous parle d'approcher de quoi que ce soit ?

L'horizon recule plus on avance.

Surtout, ne bougez plus !



Ne cherche pas ! Trouve ! Et ce que tu trouves, jettes-le !

Retour à la page d'accueil : ici