O14433
Tidiane Diakite : "La traite des Noirs et ses acteurs Africains"



O14433 Tidiane Diakite : "La traite des Noirs et ses acteurs Africains"

"La traite des Noirs et ses acteurs Africains"

Tidiane Diakite

Berg International

2008



16 ème siècle

Les rois vendent leur "bois d’ébène"



Argument religieux

Ce commerce paraît inhumain à ceux qui ne savent pas que ces pauvres gens sont idolâtres ou mahométans.

Que les marchands chrétiens en les achetant de leurs ennemis, les tirent d’un cruel esclavage.

Leur font connaître une servitude plus douce.

Et même la connaissance du vrai Dieu.



C’est pour cette raison que nos rois ont autorisé la traite.

Ils enjoignent étroitement aux maîtres de les faire instruire et baptiser.



Les mulâtres

Issus du commerce des Blancs avec des femmes noires ou maures.



William Pitt le jeune

Premier ministre

1792

Vibrant appel à la conscience humaine, plaidoyer pour l’arrêt de la traite

Cet exécrable trafic est contraire à l’utilité, aux préceptes de la pitié, de la religion, de l’équité.

Abolir ce commerce.



Le Portugal fut la première nation qui ouvrit la porte du marché aux esclaves africains destinés à l’exportation vers l’Europe puis l’Amérique.

Il fut, avec l’Espagne, la dernière nation à l’arrêter, sous la pression anglais et internationale.



Jadis, des chrétiens européens furent réduits en esclavage par des musulmans, parce que jugés "infidèles".



Dans la même période, des chrétiens européens furent réduits en esclavage par des Européens chrétiens parce que "mécréants".



Des Africains animistes réduisirent eux aussi d’autres Africains animistes en esclavage, sans toutefois tenter de se justifier par leurs croyances religieuses.



Voltaire

Il est surprenant de voir des hommes vendre leur liberté, leur vie, leurs concitoyens aussi tout étourdiment que font ces malheureux noirs.


L’"abolition" est le fait des Européens voulant proscrire un phénomène vieux de quatre siècles et demi qu’ils avaient eux-mêmes initié.



Les Africains commencèrent à donner aux Européens de la poudre d’or contre de la poudre de fusil.



Puis des hommes contre des armes pour se combattre et se détruire.



Ils devinrent les pyromanes de leur propre destin.



Les Européens allumèrent l’incendie, mais les Africains alimentèrent le feu.



Une "désinfection mentale" reste faire, car les germes de la traite sont encore vivants sur le continent africain.



La colonisation succéda à la traite.



Les richesses de l’Occident hypnotisent l’Afrique.



Elle n’a pas œuvré pour combler ce vide.



Les Africains restent dépendants, comme naguère, des produits européens et du mirage de l’Occident.

Retour à la page d'accueil : ici