O14420
Tourgueniev : "Poèmes en prose"



O14420 Tourgueniev : "Poemes en prose"

"Poèmes en prose"

Tourgueniev

Orphée La Différence

1990



1818-1883.



ALEXANDRE SVIGUILSKY

PREFACE



1877

Rendu amer par l’échec de son roman, TERRES VIERGES, il décide de cesser son activité littéraire, et de s’adonner à des traductions.



Pauline Viardot, cantatrice, amie de cœur.



Le ton moral se confond avec la mission de l’écrivain : sans lui, la morale serait ignorée.



Pauline, l’unique amie, aimée d’un amour si profond et si tendre.



Le Chevalier de la Manche, lapidé par les galériens qui lui doivent la liberté.



Adversaire du dogme, apôtre de la raison.

50 années de méditations sur le bonheur.



Une fille, Paulinette.

Elevée par Pauline Viardot, en même temps que sa fille, Louise.



Il tombe successivement amoureux d’une très jeune cousine, Olga Tourgueniev et de la sœur de Léon Tolstoï, Maria.



POEMES EN PROSE



Ne parcours pas ces poèmes dans leur ordre.

L’ennui te prendrait, probablement.

Lis-les à l’aventure.

Il s’en trouvera un, peut-être, pour parler à ton cœur.



Le jugement d’un sot et le rire de la foule…

Qui n’a connu l’un et l’autre ?



Conte oriental

Djiaffar

Trois fruits

Il faut choisir.

Le plus intelligent des hommes.

Riche comme Rothschild l’Hébreu.

Tu plairas aux vieilles femmes.

C’est le troisième qu’il choisit.

Il demande :

Où vit la mère vénérée de notre bienheureux calife ?



La langue russe

Tu es mon seul soutien, mon seul appui, ô toi, puissante, loyale et libre langue russe !

Ne pas tomber dans le désespoir.

Il est impossible de croire qu’une langue pareille ne soit pas l’apanage d’un grand peuple !



J’ai pitié

J’ai pitié de moi-même, des autres, de tous les hommes, des bêtes sauvages, des oiseaux, de tout ce qui vit.

Des heureux plus que des malheureux.

Des chefs de guerre victorieux, triomphants, des grands artistes, des penseurs, des poètes.

Je plains l’assassin et sa victime.



Un reptile

J’ai vu un reptile coupé en deux.

J’ai lu le feuilleton d’un écrivailleur taré.

Etouffant de sa propre bave, roulant dans le pus de ses propres infamies, lui aussi se tordait et grimaçait.

Il en vint à parler d’une "rencontre" sur le terrain, il proposa de laver son honneur par un duel… son honneur !

Et j’ai pensé au reptile mutilé et à son dard infâme.



Le sentiment même de la victoire ne va pas sans orgueil.


Le brahmane

Le brahmane répète le mot OM, en contemplant son nombril et, ce faisant, il se rapproche de la divinité.

Est-il pourtant partie du corps de l’homme qui soit moins divine que ce nombril même, et qui s’associe plus naturellement à l’idée de l’humaine fragilité ?



Toute la vie repose sur la recherche de la vérité.

Quant à la posséder ?...

Mieux encore : quant à trouver dans cette possession le bonheur suprême ?...

Retour à la page d'accueil : ici