O14405
Howard Taubman : "Toscanini"



O14405 Howard Taubman : "Toscanini"

"Toscanini"

Howard Taubman

Editions Self

1952



Arturo Toscanini



1867-1957.



Chateaubriand

Une belle vie, c’est un rêve de jeunesse réalisé dans l’âge mûr.



Conservatoire



Fasciné par l’étude du piano.



On se moque de lui.

Surnom :Il genietto (le petit génie).

Surnom exécré.



Autre surnom : Napoléon.



Prosper Mérimée

Je n’aime de l’histoire que les anecdotes.



Débuts en Italie.



Il recourt au violoncelle pour gagner sa vie.



Au Metropolitan Opera de New York, il vient d’achever l’exécution de la Tétralogie de Wagner

Une femme exubérante lui dit :

--- Ce que ça doit être passionnant de diriger le "Crépuscule des dieux" !

Il dit, avec indignation :

Quelle idiote !

J’ai les joues creuses, c’est à peine si j’ai le temps de respirer, et elle a l’air de considérer qu’il s’agit d’une partie de plaisir !



Bayreuth

Salzbourg

Scala



Il ne craint pas la colère des fascistes.



Orchestre philharmonique de New York



Colère contre Furtwängler, qui appuie Hitler.

Il avait pourtant envisagé de l’avoir comme successeur.



Furtwängler entre dans sa loge.

Il a une grande peur de Toscanini.

Celui-ci lui dit :

--- Je ne veux pas vous voir.

--- Pourquoi ?

--- Parce que vous êtes un Nazi.

--- Ce n’est pas vrai.

--- Si c’est vrai. A Londres, vous déjeunez avec des Juifs pour vous faire un alibi. Mais en Allemagne, vous travaillez avec Hitler.

Et il lui tourna le dos.



1936

Bronislaw Hubermann, grand violoniste et philanthrope vient le voir.

Il l’invite à diriger un orchestre qu’il est en train de constituer en Palestine.

Les exécutants, pour la plupart, des réfugiés des persécutions nazies.

Toscanini accepte sur le champ l’invitation.

Il déclare :

"Nous devons tous combattre pour une telle cause et la soutenir chacun selon ses moyens."



Il débarque en Palestine en décembre 1937.

Donne cinq concerts à Tel Aviv, à Jérusalem, à Haïfa.

A Ramot Hachavim, on lui offre une orangerie.

Il plante un arbre.

Une colonie qui comprenait 60 familles réfugiées d’Allemagne.

Le maire

Nous possédons sept pianos dans le village.

Toscanini est très ému.



Il revient en Palestine au printemps 1938.

On lui apporte des oranges "cueillies sur sa terre"

Il les prit dans ses mains, et pleura.



Il était toujours sous la protection de l’armée (tension entre Juifs et Arabes).

Une bombe est lancée contre sa voiture, et sa femme et lui échappent de justesse à la mort.

Il circule dans le pays.

Donne le plus grand nombre de concerts qu’il peut.

Des foules immenses l’entourent.

Même si les gens savaient que, faute de place, ils ne pourraient pas entrer.

Il apprend cela

Obtient qu’on admette le public aux répétitions.

Avec un très faible droit d’entrée, au profit d’une caisse de bienfaisance.



Il est toujours à l’heure.

S’énerve quand les auditeurs arrivent en retard.



Un jour, il est arrivé en avance pour un concert.

Il a été surpris de constater qu’il n’y avait personne…



Il s’est dit : Cela n’intéresse peut-être pas le public…

Il entre dans la salle.

Elle était bondée à craquer.

Les gens étaient arrivés plusieurs heures auparavant.

Certains même avaient amené leurs enfants dans leurs bras.

En levant sa baguette, il eut envie de pleurer.



Un jour, il y a des oiseaux chanteurs.

Tout le monde est paniqué.

Les attraper, les empoisonner ?

Il marque une pause, au milieu du concert.

Il dit aux musiciens :

"Voyons, pourquoi vos instruments ne chantent pas comme ces oiseaux ?"



Dans ces concerts, il insiste pour donne tout un programme de Wagner.

On n’en avait pas joué en Palestine depuis les persécutions de Hitler.

Il dit :

La musique doit se garder une indépendance absolue.



Son chauffeur est maussade.

Il l’interroge.

C’est que sa femme attend un enfant, et ne peut assister au concert.

Avec sa femme, il lui rend visite, et ils prennent le thé avec elle.



Ils aimaient flâner dans les artères de Tel Aviv.

Ils s’attardaient dans les boutiques, regardaient les enfants qui jouaient dans la rue.

Il dit :

J’aime me rendre dans une maison juive, manger de la cuisine juive, sentir battre le pouls de la vie juive.



Il a déclaré qu’il était certainement, du côté paternel, d’origine juive.



Propagande nazie

Son vrai nom était Arturo Tosenstein.



Il déclare que les Juifs d’Italie avaient coutume de porter des noms de villes et de provinces.

Son nom à lui devait être, sans aucun doute, Toscano ou Toscani :

"Le petit Toscan."



Il est invité à Bayreuth pour diriger un orchestre

Mais Hitler vient de prendre le pouvoir, en 1933.

Diriger à Bayreuth lui était cher

Il se laisse aller à croire que l’atmosphère du festival pourrait être purement artistique.

La châtelaine se tourmente : sera-t-il disponible ?

Toscanini reçoit une lettre personnelle de Hitler

"Maintenant que l’Italie et l’Allemagne suivent la même voie, diriger à Bayreuth serait pour Toscanini une profession de foi."

On lui demandait de placer sa signature en tête d’un appel.



Toscanini écrivit à Hitler

Il lui dit ce qu’il pense de lui et de son parti.

C’est Hitler qui vint à Bayreuth, et non Toscanini.

Friedeling Wagner, la fille de Winifred Wagner s’affligea.

Elle se rendait compte de ce qui allait advenir.

Malgré l’amitié entre sa mère et Hitler.

Longtemps après, Toscanini la recueillit, et l’aida à gagner les Etats-Unis.



Toscanini refusa d’accepter un seul cachet pour ses concerts donnés au cours de ses deux voyages en Palestine.

Il tenait pour un privilège le fait de manifester publiquement sa solidarité avec les persécutés, et de leur apporter sa contribution.



Il fit une surprise aux deux filles de Wagner qui vivaient encore :
Daniela Thode et Eva Chamberlain.

Il est allé chez elles, joua la "Siegfried Idyl", dans la Triebschen.

Là où elle avait été composée.

C’était un cadeau d’anniversaire à Cosima, en 1870.

Lorsque la musique se tut, les deux vieilles dames embrassèrent le Maestro, et lui, silencieux, se détourna et remonta en voiture.



Pour lui, Wagner appartenait au monde entier.

Il ne laissa pas les nazis prétendre au monopole sur Wagner, que la guerre éclatât, ou non.

Retour à la page d'accueil : ici