O14333
Raymond Boudon : "Alexis de Tocqueville aujourd’hui"



O14333 Raymond Boudon : "Alexis de Tocqueville aujourd’hui"

"Alexis de Tocqueville aujourd’hui"

Raymond Boudon

Odile Jacob

2005



"L’avenir, juge éclairé et intègre, mais qui arrive, hélas ! toujours trop tard."



Comprendre les sociétés contemporaines.



Mécanisme de la RECONNAISSANCE.



Ne pas supprimer les hommes de l’histoire du genre humain.



La production culturelle tend à se dégrader.



Le "politiquement correct".

Rectitude politique.

Political correctness.

Tyrannie du conformisme intellectuel qui pèse sur les sociétés modernes



"Les gros lieux communs qui mènent le monde."



Episodes de cruauté qui traversent les sociétés modernes, même quand elles s’affirment comme démocratiques.



La connaissance apparaît souvent comme inutile, dans la vie politique comme dans la vie intellectuelle.



Les idéologies ont la vie dure.

Elles paraissent imperméables à la critique.



"Il faut une science nouvelle."



Familier des philosophes de l’histoire, de Vico, de Cousin, de Hegel.



Réticent à l’égard des philosophies de l’histoire qui proposent une conception fataliste des processus historiques.



Max Weber

Il existe des évolutions nécessaires.

Le désenchantement, renonciation à l’explication du monde.



Ne pas voir dans l’histoire que le hasard.

Ni la nécessité.



Rôle crucial des idées dans l’évolution historique.



Inventeur de la sociologie historique.



Critique de l’histoire conduite selon des idées générales, Michelet, Guizot, Augustin Thierry.

Ce sont des démarches empreintes de subjectivité.



Montesquieu

Souci des faits, non comparatisme.



Méthodologie des sciences sociales.



"Je ne raconte pas l’histoire, j’en parle."


Principe de neutralité

Objectivisme



Neutralité axiologique.



Pourquoi les hommes croient ce qu’ils croient ?



Ses croyances ?

Agnosticisme.

Elles n’interfèrent pas avec ses analyses des croyances religieuses.



L’Empire romain constitue un terrain favorable à l’expansion du christianisme

Parce qu’un Dieu unique est une représentation symboliquement adéquate du christianisme.



Max Weber

Le culte de Mithra séduit les fonctionnaires et les militaires, parce qu’ils évoquent dans un registre symbolique l’organisation de l’Empire romain.



La religion polythéiste

A l’origine une religion de paysans.

Parle moins que le monothéisme.



Mithra

Le culte soumet le monde à une volonté unique elle-même asservie à la loi.


Anges et saints

Avec la décomposition de l’Empire romain.



Paganus

Paysan.

Païen.

Importation dans le monothéisme de la vieille religion polythéiste.



Les religions animistes ne disent plus grand-chose à l’Africain qui quitte son village pour émigrer dans le chaos des grandes villes.



La religion chrétienne n’évoque que des thèmes généraux, sans relation avec aucun contexte sociopolitique particulier.

L’homme

Ses droits

Ses devoirs

Ses rapports avec ses semblables



Islam

Il fait dépendre les lois de l’organisation de l’Etat de la révélation.

Ce qui a bloqué l’évolution du monde islamique.

Il s’agissait de maîtriser des rivalités entre tribus.



Le christianisme

Laïcité en germe.

Rendre à César ce qui est à César.



Révolution française

Elle a considéré le citoyen d’une façon abstraite, en dehors de toutes les sociétés particulières.

Suivant les mêmes mécanismes que les grandes religions.



"L’égalité favorise le libre examen"

Juger par soi-même de toutes sortes de sujets.

D’où la critique luthérienne du catholicisme.

Puis l’idée de la toute-puissance de la raison.

L’opinion de chacun mérite d’être prise en compte et discutée.

D’où les Lumières.

L’égalité a favorisé la critique.



Naïveté de Rousseau et de Comte

Un nouveau culte, la "religion civile" évoquée dans le Contrat social.



Droits de l’homme

Assimilables à une religion.



Communisme

Une religion d’Etat.



La religion subsiste dans les sociétés modernes

Des croyances communes sont nécessaires à la vie en société et à la conduite de l’existence individuelle.

Utilité sociale de la religion.

Simplicité.

Immunisation contre la critique de la traduction symbolique des principes de la vie en société.



Thomas Luckmann

1991

Transcendance de l’homme.



Durkheim

La croyance à l’âme est une croyance universelle.

L’homme a le sens du bien et du mal.

Des valeurs.

Il a l’impression que les valeurs s’imposent à lui.

Partagées par d’autres.

A la fois intérieures et extérieures.

Constitutives du moi.

Idée symbolique d’un double très généralement conçu comme immortel : l’idée de l’âme.

L’idée de l’âme est le cœur de la religiosité.



Durkheim

La plupart des religions ne sont que des moyens généraux, simples et pratiques, d’enseigner aux hommes l’immortalité de l’âme.



"Les citoyens des sociétés modernes risquent moins de s’abrutir en pensant que leur âme va passer dans le corps d’un porc qu’en pensant qu’il n’en est rien."



Max Weber

Trois solutions à la question de la théodicée, contradiction entre la justice divine et l’existence du mal.

Apportée par la doctrine indienne de la réincarnation.

Réincarnation

Manichéisme

Solution calviniste



Max Weber

Sens de toute religion.

Deutéronome 4.40

La finalité primordiale de la pratique religieuse est d’avoir une longue vie de bonheur sur terre.

Le bonheur dans l’au-delà, moins central.



Religions fausses

Celles qui ne véhiculent pas la notion d’immortalité de l’âme.

Qui ne contribuent pas à la paix de l’âme.

Ne prennent pas en compte la transcendance de l’homme, sa relation aux valeurs.

Le panthéisme implique un effacement de la distinction entre les faits et les valeurs. Il veut que tout témoigne indistinctement de la volonté divine.



Benjamin Constant

Les religions doivent être tenues pour des expressions symboliques des réalités morales.



Voltaire

Essai sur les mœurs

Les croyances religieuses sont un pandémonium de superstitions.

De même, Feuerbach et Marx.



Querelle explication contre interprétation



"Le plus grand malheur pour un peuple c’est d’être conquis."



Certains épisodes historiques laissent des traces indélébiles : ils structurent l’identité des ensembles humains.



Les Occidentaux croient naïvement effacer à coups de gestes de "repentance" la colonisation.

Ou en adoptant une attitude de dénigrement de la civilisation occidentale.



"Quiconque n’a étudié et vu que la France ne comprendra jamais rien à la Révolution française."



L’égalité favorise l’individualisme.



Déclin culturel des sociétés modernes



"Est art ce qui est identifié comme tel par quiconque se présente comme artiste."



Les sociétés modernes en proie à l’idéologie.


"En Afrique, nous faisons la guerre de manière beaucoup plus barbare que les Arabes eux-mêmes."



"Incapacité chronique de l’Etat français à se réformer."



Eclatement et immanentisation des religions.

Déclin de l’art, de la littérature et de la philosophie.


Tocqueville appartient à la tradition libérale

Beaucoup d’intellectuels n’aiment pas le libéralisme.



"Le corps des fonctionnaires préfère la stérilité à la concurrence."



"Se mettre à l’aise aux dépens du Trésor public."



Louis-Philippe et Napoléon III

Etatisme hérité de l’Ancien Régime, et libéralisme qui caractérise inexorablement la modernité.

Non heurté de front, mais accepté avec réticence.



Ce qui est vrai aussi aujourd’hui.

Retour à la page d'accueil : ici