O14317
Ossip Mandelstam : "De la poésie"



O14317 Ossip Mandelstam : "De la poesie"

"De la poésie"

Ossip Mandelstam

Gallimard

1990



Sentiment de l’échec du christianisme et de l’Eglise-Etat à établir un ordre, à répondre du mal.

Qui préparera les voies à la Révolution.



La Révolution, comme hypostase divine de l’univers, propre à balayer toute infamie.



Juif reconnaissant le Christ,

Hellène de cœur et de culture,

Russe de tradition et de patrie, poésie et vie,

Chez Mandelstam ne font qu’un.



H.G. Wells

1920

Favorable au nouveau régime.

Il témoigne du vaste et irréparable effondrement du pays,

De l’immense tas de décombres et torrent de violence sans foi ni loi qu’est devenu le vieux monde civilisé russe qu’il avait connu en 1914.



Livre explosif de la Genèse

L’esprit de Dieu tournoyait sur les eaux.

Un Dieu au-dessus de toute religion.

Dieu au-dessus de Dieu.

Innocence originelle qui ne passe pas par Aphrodite.



Orphée

Il a parcouru toute la distance du profane au sacré.



Pouchkine

Embrasse de ton verbe le cœur des hommes.



Poésie russe

Héritage de l’Orient, de ses mages et de ses prophètes.

Vénération que le peuple russe voue à sa poésie.

Et à ce médiateur d’éternité qu’est le poète.



Ishtar-Astarté-Aphrodite

Des combats et de la fécondité.



Pouchkine

Poésie.

Union de l’intelligence et de la fécondité.

Il ne comprenait rien à rien

Faible et timide comme un enfant



Il aime Ovide

Comme lui, exilé.

Tristia.

Comme les Tristes.



Mais le cœur, comment l’exprimer ?

Et pour l’autre, comment le comprendre ?



Contre mon sombre sort plus n’aurai d’amertume :

Ovide au temps jadis fut démuni et nu.



Voyez, l’insensé frappe à votre porte,
Dieu sait avec qui il a passé la nuit.



Tchadaiev.

Nicolas 1 er le déclare fou.



Homme misérable…
Que cherche-t-i ?... Le ciel est clair,
Et sous le ciel il y a place pour chacun.



L’oppression n’est jamais libre.



L’élégie antique, avec tous ses accessoires.

Retour à la page d'accueil : ici