O14316
Bengt Jangfeldt : "La vie en jeu, Maïakovski"



O14316 Bengt Jangfeldt : La vie en jeu, Maiakovski

"La vie en jeu, Maïakovski"

Bengt Jangfeldt

Albin Michel

2010



Votre pensé
Rêvant dans votre cerveau ramolli,
Comme un laquais repu se vautre au gras du lit,
Je la taquinerai sur un morceau de cœur sanglant,
J’en rirai tout mon saoul, insolent et cinglant.



Le passé est étroit.

L’Académie et Pouchkine sont plus incompréhensibles que les hiéroglyphes.

Jetez Pouchkine, Dostoïevski, Tolstoï, etc, par-dessus bord du navire Présent.

Nous seuls sommes le visage de notre temps.



Qu’il me soit donné d’être tsar,
C’est ton minois

Je graverai sur mes chaînes ton nom, Lili,

Dans l’obscurité du bagne, j’embrasserai ma chaîne.



Voleuse de mon cœur
Auquel tu as tout pris,
Tourment de mon âme en délire



Mars 1917

Vive la vie politique russe
Et vive un art indépendant de l’Etat !



Les révolutions ébranlent le veau d’or des empires.



Maxime Gorki

Avril 1918

La propagande sans scrupule
Des bolcheviks réveille les plus bas
Instincts des masses.



Je meurs, n’en accusez personne !



La Pravda

Il s’est suicidé dans son studio.

Ce suicide a des causes purement personnelles, et sans aucun lien avec l’activité publique et littéraire du poète.

Une longue maladie dont le poète ne s’était jamais vraiment remis.



Le bateau de l’amour s’est brisé contre la vie courante.

Retour à la page d'accueil : ici