O14286
Maurice Pellisson : "Chamfort"



O14286 Maurice Pellisson : "Chamfort"

"Chamfort"

Maurice Pellisson

Slatkine

Genève

1970



Diderot

Mes pensées, ce sont mes catins.



Il ne regrette pas d’avoir manqué sa fortune.



Heureux d’échapper au commerce des grands.

Illustres misérables,
Fiers d’être sots, de leur faste éblouis,
Toujours punis de n’avoir rien à faire.



Grand-père, qui donne un conseil

Qu’un seul objet, mon fils, t’enchaînant sous sa loi,
Te dérobe à son sexe anéanti pour toi.



Pas de rouerie.

Pas de perfidie méchante avec les femmes.



Dans ma jeunesse, j’aimais à intéresser, j’aimais peu à séduire,

Et j’ai toujours détesté de corrompre.



Pas de grand respect pour les femmes.

Il ne trouva de bon en elles que ce qu’elles ont de meilleur.



Mais il n’avait pas de mépris pour les femmes.

Ni pour l’amour.



Le libertinage ruina sa santé.

Mais ne le rendit pas incapable de tendresse.



Succès à l’Académie.

Au théâtre.



MORALISTE



Relations avec Vaudreuil.



Avec Mirabeau.



Observateur.



Rôle au début de la révolution.



Républicain et démocrate.



Ses dernières années

Son médecin se trompe sur la nature de son mal.

Il se suicide.

Retour à la page d'accueil : ici